Les achats online dans le collimateur du gouvernement argentin

le
0
Les achats online dans le collimateur du gouvernement argentin
Les achats online dans le collimateur du gouvernement argentin

Taxe de 50% sur les achats sur les sites internet étrangers, obligation de faire une déclaration sous serment au fisc: l'Etat argentin pénalise le commerce online pour éviter une fuite de devises et protéger le "fabriqué en Argentine".Le gouvernement de la présidente de centre-gauche Cristina Kirchner a imposé une taxation telle des produits d'importation que les Argentins essaient d'effectuer le plus d'achats possibles à l'étranger, par internet ou physiquement, payant souvent moitié moins cher des vêtements, jouets ou téléphones portables venant de Chine, des Etats-Unis ou d'Europe.Pour Miguel Ramirez, un médecin de 55 ans et acheteur compulsif sur les sites chinois, les mesures gouvernementales sont "une nouvelle pierre sur le chemin pour dissuader les gens", très impopulaires et seront difficiles à mettre en oeuvre.Les transactions online sur les sites étrangers, notamment chinois, ont considérablement augmenté ces dernières années, représentant l'an dernier 350 millions de dollars, soit 13,5% des transactions web, selon la Chambre de commerce électronique.D'après l'institut d'études .comScoreMediaMatrix, un quart des Argentins font des emplettes sur internet, et le site chinois www.alibaba.com est le plus utilisé.Pour déjouer le mécanisme de taxation argentin au profit du client, l'expéditeur chinois fait figurer sur l'étiquette l'inscription "cadeau" ou "échantillon gratuit". En revanche, pour un achat aux Etat-Unis, c'est la taxe de 50% qui s'abat."J'avais besoin de pièces de rechange pour ma voiture, le concessionnaire ne les avait pas. Je les ai commandées à Miami, 600 dollars, et j'ai dû payer 1800 pesos (300 dollars) à la douane, raconte le médecin. Ce durcissement de la politique, c'est une goutte d'eau dans un océan de mécontentement".Le gouvernement Kirchner, en perte de vitesse lors des législatives d'octobre, fait face à un mécontentement croissant, notamment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant