Les abonnements EDF et GDF remis en question

le
20
Pour lutter contre la précarité énergétique, le Médiateur national de l'énergie relance l'idée de la création d'un «chèque énergie» qui remplacerait, pour les foyers modestes, les tarifs sociaux de l'électricité et du gaz.

«Malgré l'amélioration des dispositifs d'aide, la précarité énergétique s'aggrave». C'est le constat implacable que dresse le médiateur national de l'énergie (MNE) dans son rapport cité par plusieurs médias ce mardi. Après l'interminable hiver qui a frappé la France, nombre de foyers ont peiné pour payer leur facture énergétique. Ainsi, le quart des dossiers reçus depuis janvier relevaient de difficultés de paiement, avec un pic à 34% en mars. L'an dernier, le chiffre s'élevaient à 18% et 15% en 2011.

Pour aider les particuliers à réduire leur facture énergétique, le médiateur Denis Merville a relancé l'idée d'un «chèque énergie», dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France . Doté d'au moins d'un milliard d'euros, ce dispositif, qu'il juge «plus équitable» et «plus efficace», remplacerait les tarifs sociaux de l'électricité et du gaz. Il serait financé par les consommateurs, et pour plus de simplicité, couplé à l'APL (aide personnalisée au logement), dont bénéficient six millions de Français. Si la mesure était adoptée, le médiateur réclame sa mise en place avant l'hiver prochain. «Il y a urgence à prendre le problème à bras le corps. L'énergie est un bien essentiel, qui doit être payé à son juste prix par ceux qui le peuvent, mais dont l'accès doit être garanti aux plus vulnérables dans des conditions économiques acceptables», souligne le médiateur, dont le mandat -non renouvelable- s'achève en novembre.

La trêve des coupures en hiver pour tous

Le médiateur juge, dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France , les tarifs sociaux très insuffisants car ils ne couvrent pas toutes les énergies (fioul, bois, réseaux de chaleur sont exclus), ont des frais de gestion élevés, et ne bénéficient qu'à seulement deux millions de personnes. Ainsi, la loi Brottes sur l'énergie entrée en vigueur en avril a étendu à plus de 4 millions de ménages (soit 8 millions de personnes) ces tarifs sociaux, mais le médiateur estime que cela ne sera pas mis en ½uvre à temps pour l'hiver prochain et sans doute le suivant, du fait d'entraves administratives et techniques.

Enfin, le MNE, tout en saluant la généralisation à tous les consommateurs de la trêve des coupures d'énergie en hiver, propose aussi d'instaurer un service de fournisseur de dernier recours, comme cela existe déjà dans la banque ou les télécoms, pour les ménages dont les contrats ont été résiliés. Actuellement, ils n'ont souvent pas d'autre choix que de mentir sur leur situation (en donnant un autre nom, ou en prétentant avoir déménagé) pour réussir à se réabonner.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9228053 le mercredi 12 juin 2013 à 07:41

    Bonjour, j'ai posté au retour d'ANGERS où de nombreuses personnes disent "actuellement cela gaze mal : nous ne pouvons plus respirer dans le bonheur".sans gaz nous éliminons une situation collective, beaucoup de mauvais tuyaux, de fuites, de mauvaises odeurs et centralisons des problème sur le courant !

  • M9228053 le mercredi 12 juin 2013 à 07:34

    Bonjour,La supression du gaz interdit dans les grandes tours d'habitation élimine tous ses causeurs de dangers au portefeuille, au patrimoine, à la circulation (travaux), aux travailleurs (explosions fuites suicides) aux importations Françaises : UNE DEPOSE DES COMPTEURS, COLONNES COLLECTIVES ET BRANCHEMENT EN ASSEMBLEE GENERALE SPECIALE

  • M5441845 le mercredi 12 juin 2013 à 04:17

    chimien. d'accord a 200%

  • nayara10 le mardi 11 juin 2013 à 23:24

    Il nous faudrait les mêmes avantages appliqués à ce GANGSTER..

  • M2614138 le mardi 11 juin 2013 à 22:17

    Bienvenue en grollandie et vive l assistanat que des avantages et tous les jours une autre prime ! Vous qui travaillez n oubliez surtout pas de couper votre chauffage le matin il faut bien que ceux qui restent au lit soient bien au chaud et ce grâce à vous ! N attendez pas des remerciements !

  • chimien le mardi 11 juin 2013 à 20:05

    Le titre de l'article n'est pas en rapport avec le reste. En fait je suis contre tout ce qui est dans l'article et pour ce qui est dit en titre. Pour le gaz, il y a déjà près de 200 euros d'abonnement annuel avant de consommer le premier kWH. C'est trop et n'incite pas à l'économie d'énergie. Il faudrait augmenter le KWh et baisser l'abonnement pour que le tarif B1 de GDF se retrouve entre le B0 et le B1 actuel (actuellement, le B1 devient plus intéressant que B0 au-delà de 5500 kWH/an env.).

  • p.lalau le mardi 11 juin 2013 à 15:39

    Quid des petits retraités, propriétaires mais qui n'ont pas droit à la retraite et qui peinent à payer les charges ?Pourquoi "pour simplifier" encore plus, ne pas coupler cette aide à la déclaration d'impôts, tout simplement ?Si vous êtes trop pauvre pour être imposable, alors vous avez droit à cette aide. Simple.On dirait qu'on veut exclure les retraités de cette aide. Eux aussi ont droit à se chauffer !

  • lsleleu le mardi 11 juin 2013 à 12:52

    On n'arrête pas de changer pour faire tout et son contraire remplacer une usine a gaz par une autre pour le seul but qu'un élu se mettes en valeur

  • knbskin le mardi 11 juin 2013 à 12:48

    Et le "médiateur" en rajoute dans l'extension de l'assistanat aux "pauvres", les plus riches du monde ... Il serait peut-être plus judicieux de rendre ces gens employables, et d'arrêter d'en faire produire au moins 150 000 par an par l'Educ Nat, et d'en importer 150 000 autres ...

  • phildesf le mardi 11 juin 2013 à 12:43

    A quand l'air qu'on respire à tarif social et spécial "riches" ?