Les Abeilles veulent faire "buzz-buzz"

le
1
Capture d'écran du groupe Facebook des Abeilles.
Capture d'écran du groupe Facebook des Abeilles.

Elles comptent bien bourdonner aux oreilles des parlementaires et ajouter leur voix à la fronde sociale. Les Abeilles, un collectif imaginé sur le modèle des Pigeons, montent au front. Ce mouvement de compagnies d'assurances, de petits courtiers et de mutuelles - côté employeurs et salariés - fondé au printemps dernier s'inquiète du projet gouvernemental de complémentaire santé pour tous en cours d'examen au Sénat dans le cadre du vote du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). C'est devant ce bâtiment que vont venir manifester, mardi prochain, ces insectes très échaudés.

Le gouvernement réfléchit de longue date à permettre à tous les salariés d'être couverts par une complémentaire santé d'entreprise, dont au moins la moitié du coût devrait être payée par l'employeur. Les Abeilles ne trouvent rien à redire à cela. Mais, selon un amendement prévu au PLFSS, les entreprises seront incitées à choisir la même mutuelle pour tous leurs salariés. Chaque branche sera aussi incitée à désigner une mutuelle, et les entreprises de cette branche devront l'adopter sous peine de voir leur taxe sur les complémentaires gonfler.

"Non à la Marisol-taxe"

Les abeilles redoutent que cette obligation, qui va limiter la concurrence entre les mutuelles, ne favorise les grands groupes d'assurance santé au détriment des petits cabinets de courtage indépendants. Et menace donc leurs emplois, 30 000, selon eux. "Oui à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tibetain le dimanche 10 nov 2013 à 18:38

    Limiter les grands groupes est toujours performant mais on est certain que l'assurance est en France un profit cent fois trop lourd pour un homme sans envie de risquer sa vie.