Les abeilles ne seraient pas forcément décimées par le Cruiser

le
4
UNE ÉTUDE BRITANNIQUE CONTREDIT UNE ENQUÊTE FRANÇAISE SUR LE CRUISER
UNE ÉTUDE BRITANNIQUE CONTREDIT UNE ENQUÊTE FRANÇAISE SUR LE CRUISER

LONDRES (Reuters) - Des chercheurs britanniques réfutent une étude portant sur le déclin des abeilles qui a conduit le gouvernement français à interdire l'usage du pesticide Cruiser OSR produit par la société suisse Syngenta.

Le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a retiré en juin l'autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR, utilisé pour l'enrobage des semences de colza, en invoquant des risques pour les abeilles.

Cette décision a fait suite à la publication en avril d'une enquête menée par le scientifique français Mikaël Henry qui montrait une augmentation du taux de décès des abeilles exposées à une dose de thiamethoxam, principal insecticide du Cruiser.

Selon des scientifiques britanniques de l'Agence de recherche pour l'environnement et l'alimentation (FERA) et l'université d'Exeter, les résultats de cette étude comportent des failles.

Sans démentir la dangerosité du pesticide sur les abeilles, ils estiment que rien ne permet d'affirmer qu'il provoque la mort de colonies entières d'abeilles, selon leurs conclusions publiées dans le journal Science.

"Nous n'avons pas encore la preuve définitive de l'impact de ces pesticides sur les abeilles et nous ne devrions prendre aucune décision concernant le changement de politique de leur utilisation", estime James Cresswell, qui a mené cette étude.

Les travaux de Mikaël Henry reposent sur un faible taux de naissances qui ne correspond pas à la réalité, souligne l'écotoxicologue britannique.

"Ils se fondent sur une colonie qui n'augmente pas en taille et d'après ce que nous savons, leur nombre augmente au printemps lorsque le colza fleurit", dit-il.

"Nous savons que les néonicotinoïdes affectent les abeilles mais il n'y a aucune preuve qu'ils provoqueraient un effondrement de la colonie. Quand nous avons refait le calcul avec un taux de naissance réaliste, le risque d'un effondrement de la colonie exposée au pesticide a disparu."

Syngenta a été déboutée en juillet par la justice française qui a décidé de ne pas suspendre l'exécution de la décision gouvernementale de retirer l'autorisation de vente du Cruiser.

"Cette étude est intéressante et confirme ce que nous disons depuis un moment", a réagi le porte-parole de Syngenta France, Laurent Péron. "C'est un point important pour nous, que ce qu'on avait affirmé soit confirmé par une étude scientifique."

"On va utiliser les résultats de cette étude mais sous quelle forme, c'est trop tôt pour le dire."

Les populations d'abeilles ont fortement et mystérieusement décliné ces dernières années dans le monde, un phénomène déstabilisant pour l'écosystème qui a renforcé les critiques contre l'utilisation massive des pesticides. La France est le premier pays en Europe à avoir interdit le Cruiser OSR.

Chris Wickham, avec Gus Trompiz à Paris; Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 21 sept 2012 à 17:26

    Faudra découvrir qui a financé le rapport.

  • coco123 le vendredi 21 sept 2012 à 14:18

    les anglais a la botte des profiteurs

  • M2280901 le vendredi 21 sept 2012 à 13:56

    je pensais que c'était le fait d'un parasite dont je me souviens plus le nom

  • charleco le vendredi 21 sept 2012 à 13:33

    L'Angleterre, annxe des USA.