Les abeilles disparaissent, mais les pesticides survivent

le
0
Les abeilles paient un tribut dramatique à l'utilisation abondante de pesticides dans les pays occidentaux
Les abeilles paient un tribut dramatique à l'utilisation abondante de pesticides dans les pays occidentaux
Le plan gouvernemental de soutien à la filière apicole ne s'attaque pas à l'une des causes majeurs du mal...

Menacées à la fois par les maladies, les parasites, les OGM, les insecticides, les pesticides, le frelon asiatique, « débarqué » accidentellement dans nos frontières en 2004 et qui gagne constamment du terrain depuis, voire par les ondes des téléphones portables si l'on en croit les résultats de plusieurs expérimentations scientifiques, les abeilles voient leurs stocks fondre comme neige au soleil depuis plusieurs décennies. Un phénomène qui, eu égard à leur importance au sein de la biodiversité, pourrait avoir un impact de premier plan sur l'espèce humaine et inquiète logiquement les pouvoirs publics.

Un phénomène qui entraîne aussi, fatalement, une diminution vertigineuse - - 40 % depuis dix ans ! - du nombre d'apiculteurs. Moribonde, souffrant d'un manque d'aides et de financements chronique, la filière va faire l'objet d'un plan triennal de soutien dont le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a dévoilé les grandes lignes vendredi à l'occasion d'un déplacement dans la Sarthe. L'intention est louable sauf qu'une fois encore, le puissant lobby des pesticides s'en tire à (très) bon compte.

Point d'interdiction en effet des insecticides néonicotinoïdes, dont la responsabilité dans la baisse constante des effectifs d'apidés est pourtant indiscutable. Et nos confrères du Monde de décrypter : « Cette nouvelle classe
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant