Les abeilles des deux ruches du "Point" ont produit 30 kilos de miel

le
1
La récolte du miel au Point en juillet 2016.
La récolte du miel au Point en juillet 2016.

En avril dernier, certainement pour être agréable à François Hollande, le directeur général délégué du Point embauchait 30 000 ouvrières. Des ouvrières modèles travaillant 24 heures sur 24 pour un salaire bien inférieur au smic, des ouvrières non syndiquées à la CGT et, surtout, débauchables sans plan social. Le rêve pour un patron. Il s'agit, vous l'avez bien compris, d'abeilles.

Comme de nombreuses autres entreprises citadines, Le Point a décidé de recueillir ce formidable insecte qui, depuis des millions d'années, produit l'un des rares mets sucrés de la nature ? le miel ? tout en étant le plus efficace des entremetteurs en pollen. Une grande partie de la biodiversité et de notre agriculture repose sur ses frêles épaules. Deux ruches ont donc été installées sur une terrasse par l'entreprise Apiterra, qui règne sur la destinée de 500 ruches en ville. Après quatre mois d'un labeur acharné, le temps était venu d'en recueillir le fruit. En juillet, Étienne, un des apiculteurs d'Apiterra, a débarqué au Point dans son habit de cosmonaute. Surprise, si une ruche avait fait le jeu du patronat en produisant une trentaine de kilos de miel, l'autre avait décrété la grève en restant à moitié vide. Ce n'était pourtant ni la faute des pesticides ni d'une maladie ni de frelons asiatiques. Tout simplement, en mai, une jeune reine avait pris la décision de s'envoler avec une partie des ouvrières pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • llgg il y a 3 mois

    C'est toujours la vielle reine qui part et non la jeune ...Renseignez-vous!