Les abattoirs AIM placés en redressement judiciaire

le
0
Les abattoirs AIM placés en redressement judiciaire
Les abattoirs AIM placés en redressement judiciaire

Les Abattoirs industriels de la Manche (AIM) ont été placés en redressement judiciaire ce mardi par le tribunal de commerce de Coutances (Manche), comme l'avait demandé la direction de la société. La décision a été dévoilée par l'avocate du comité d'entreprise en fin de matinée, devant des centaines de salariés d'AIM, rassemblés devant le tribunal en attente de leur sort. 

L'entreprise, qui emploie près de 600 salariés en France, fait désormais l'objet d'une période d'observation de six mois, a précisé l'avocate, tout en soulignant que l'état de la trésorerie était tel que seule une cession d'AIM était envisageable, et non un plan de continuation

500 salariés présents devant le tribunal

Venus en car de l'établissement d'Antrain, en Ille-et-Vilaine, quelque 150 salariés ont rejoints ceux du siège de Sainte-Cécile (Manche), qui regroupe l'essentiel des salariés des abattoirs AIM. Au son de cornes de brume et scandant «Gouhier, démission» (NDLR : le nom du directeur des AIM), entre 300 manifestants, selon la police, et 500, selon la CFDT, s'étaient regroupés derrière une banderole proclamant «AIM veut vivre, les emplois, c'est possible».

«Salariés AIM, on a faim», «Ouvriers en colère, le combat commence», pouvait-on lire sur d'autres calicots présents dans le rassemblement appelés par les syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC des abattoirs AIM. Un groupe d'une dizaine de fonctionnaires des services vétérinaires, appelés à intervenir régulièrement dans les établissements du groupe, participait également à la manifestation, de même qu'une dizaine d'élus locaux maires de petites communes, craignant pour les emplois.

Les abattoirs normands AIM devant le tribunal de commerce, les salariés mobilisés #AFP pic.twitter.com/0vhDNaW5rZ-- Aurélia Moussly (@aureliamoussly) January 6, 2015

AIM ne veut pas devenir le nouveau GAD

A moyen terme, les syndicats redoutent un scénario similaire à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant