« Les 7 problématiques de 2014 » par Eric Galiègue (Valquant)

le
11

Eric Galiègue (Valquant) recommande de rester investi en actions en 2014.
Eric Galiègue (Valquant) recommande de rester investi en actions en 2014.

Dans un contexte de croissance fragilisée par le risque déflationniste, les politiques monétaires vont rester accommodantes. Un contexte toujours favorable aux actions pour Eric Galiègue, président de Valquant et fondateur du Cercle des analystes indépendants.

L'année 2014 est capable du meilleur comme du pire.

Plus que jamais, l'univers des possibles est vaste : c'est depuis toujours le cas sur les marchés financiers, mais peut-être un peu plus pour l'année qui va commencer. En effet, nous vivons une crise systémique majeure, à laquelle seule une réponse monétaire a été apportée. Cette réponse donne du temps à tout le système. Il doit être mis à profit par le corps économique et politique, pour apporter les bonnes réponses.

Evidemment, le risque de crise majeure est significatif : il peut venir d'une multitude de facteurs. Sans envisager le retour à la crise systémique, l'année 2014 comporte plusieurs problématiques importantes. Certaines se réfèrent à la sphère réelle - elles sont 4 - d'autres à la sphère financière - elles sont 2 - et une se réfère à la fois à la sphère financière et à la sphère réelle.

Quatre problématiques dans la sphère réelle...

1- Les USA, la clé de la croissance en 2014 :les Etats-Unis demeurent la première économie mondiale, a fortiori avec des pays émergents qui ralentissent, et l'Europe et le Japon qui luttent contre la déflation. Le monde a besoin que la conjoncture américaine continue à s'affermir progressivement, grâce à la triple reconquête en cours : la reconquête de l'indépendance énergétique, la reconquête industrielle, et la reconquête immobilière...

2- Après le Japon, l'Europe aux prises avec la déflation : la progression ou la régression du mal déflationniste au sein des économies les plus touchées est un paramètre qu'il faut suivre de très près. Le redressement économique global découlera en bonne partie de la fin de la déflation, ou en tous cas de la baisse du risque déflationniste.

3- La Chine face à son destin (suite) :la transition économique chinoise va être longue, mais le parti communiste chinois a bien compris que la consommation interne doit se développer, et le système financier se moderniser...

4- Le rebond des bénéfices en Europe : après trois années de révision en baisse, il est indispensable que les prévisions de bénéfice 2014, supérieure à 15 % en Europe, ne soient pas à nouveau remises en cause...

La problématique commune à la sphère réelle et financière :

5- Le spectre d'une rechute de l'immobilier US : prix et volumes de transaction doivent poursuivre leur expansion, sinon les Etats-Unis pourraient sombrer à nouveau dans la récession. L'origine de la crise est immobilière, son issue sera immobilière aussi...

Deux problématiques de la sphère financière...

6- L'hyper liquidité pour longtemps : le contexte de croissance durablement défaillante justifie un environnement d'hyper liquidité, qui, par la baisse du coût du risque, doit inciter les agents économiques à investir.

7- Le krach obligataire reporté en 2015 : un risque déflationniste encore présent et l'activisme des banques centrales, permet de reporter à 2015 au moins le risque d'un grand krach obligataire. Entre temps, les taux devraient très modérément augmenter... car on ne sortira de la crise qu'avec des taux sensiblement plus élevés qu'aujourd'hui.

« Les 7 problématiques de 2014 » par Eric Galiègue
« Les 7 problématiques de 2014 » par Eric Galiègue (Valquant)

L'analyse conjointe de ces sept problématiques, nous permet, en cette fin d'année 2013, de retenir le scénario le plus favorable pour les actions. La croissance sera au rendez-vous de 2014, mais largement insuffisante, et toujours fragilisée par le risque déflationniste. C'est pour cela que les politiques monétaires resteront globalement favorables. Comme les flux internes à la sphère financière vont se déplacer des obligations vers les actions, leurs cours devraient s'apprécier significativement l'année prochaine. Il faut rester investi en actions.
Eric Galiègue
Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux indépendants à l'initiative de Valquant, la société d'analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • egoutten le lundi 9 déc 2013 à 09:34

    LOL une vraie tête de champion

  • paget le dimanche 8 déc 2013 à 23:14

    visionnaire que d'un oeil mefiance son droit a lair flappi

  • sergemop le dimanche 8 déc 2013 à 09:06

    Cette analyse aurait été de qualité en 2009, mais certainement pas sur des zénith du marché. Encore un visionnaire du présent

  • michel7n le dimanche 8 déc 2013 à 08:58

    Oui pourquoi son oeuil droit est moins ouvert que son gauche ?

  • porec le samedi 7 déc 2013 à 22:14

    Son oeil droit a l' air bien fatigué! C' est LOUCHE

  • porec le samedi 7 déc 2013 à 22:13

    en fait il faut ajouter un paramètre qui est l' évolution temporelle avec chute drastique en début 2014 et remontée en suite. Donc vendez tout maintenant pour acheter plus bas!

  • Ouakal le vendredi 6 déc 2013 à 18:03

    Plus vous investissez en bourse et plus il gagne de l'argent.Je vous laisse jugez par vous même de la pertinence de ses conseils ( ça se trouve lui-même n'a même pas d'argent en bourse ! )

  • psteels le vendredi 6 déc 2013 à 14:45

    BTC + 1000% dans tous les cas

  • guerber3 le vendredi 6 déc 2013 à 14:11

    Sa nourriture, c'est les commissions de bourse, donc objectivité nulle...c'est le même qui vent des tomates sur le marché...heureusement, il y a des amateurs de tomates...!!!

  • juillia3 le vendredi 6 déc 2013 à 10:40

    faut etre fou pour investir en bourse ce sont des voleurs, magouille a toutes les sauces tant que le systeme ne sera pas remis a plat rien a espere de la bourse les cotations ne reflettent meme plus la valeur entreprise mais seulement l intere d une speculation !!!