Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire du Bayern Munich (du 6e au 4e)

le
0
Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire du Bayern Munich (du 6e au 4e)
Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire du Bayern Munich (du 6e au 4e)

Le Bayern Munich a vu passer les meilleurs joueurs allemands de l'histoire, de Müller à Beckenbauer, en passant par Philipp Lahm, Giovane Élber ou encore Oliver Kahn. Sofoot.com les a classés, de 50 à 1. Pas une mince affaire.


19 mai 2012. Munich. Finale de la Ligue des Champions. Alors que le Bayern et Chelsea sont au coude-à-coude lors de la séance de tirs au but, Bastian Schweinsteiger, cinquième tireur bavarois s'élance. Sa course maladroite permet à Petr Cech de lire correctement la trajectoire du tir et de repousser le ballon du bout des doigts sur le poteau. Devasté, Bastian Schweinsteiger fond en larmes avant même que Didier Drogba ne réussisse le sien. Il sait qu'il vient de décevoir tout un peuple, son peuple. Ce soir-là, il est impossible de ne pas avoir de la peine tant il semble inconsolable. Heureusement pour lui, et le peuple bavarois, l'agonie sera de courte durée. Un an après la tragédie de Munich, à Londres, au terme d'une saison qui restera comme la des plus belle de l'histoire du club, Bastian Schweinsteiger soulève enfin la Ligue des Champions. Il peut alors se targuer d'avoir tout gagner avec le club de son coeur, celui pour lequel il a couru comme un dératé malgré les blessures, celui que pendant des années il a refusé de quitter.

Sous les yeux des Bavarois, Bastian Schweinsteiger est passé d'un ailier au jeu aussi flamboyant que sa crinière peroxydée, à un milieu de terrain clairvoyant aux cheveux poivre et sel. Ce qui n'a pas changé en revanche c'est l'amour inconditionnel que les fans lui ont toujours porté. Il faut dire que malgré un nom et un physique pas facile, Schweini était le gars le plus cool qui soit. Un gars pas prise de tête, capable de faire rêver supporters bavarois et étrangers. Un gars drôle et fort, pas prétentieux malgré une armoire à trophées pleine à craquer. Des joueurs de la génération Philipp Lahm il restera le plus aimé et sa sortie ratée ne changera rien. Dans dix ans, personne ne se souviendra de ses aventures anglaises et américaines et c'est tant mieux comme ça. SS



Lothar Matthäus a failli pleurer une fois dans sa carrière : quand il quitte le terrain lors d'un Bayern-Real, sous les applaudissements de Olympiastadion à l'unisson, debout pour le saluer à la fin d'un match de

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant