Les 5 raffineries de Total touchées par une grève pour une augmentation de salaires

le
11
Les 5 raffineries de Total touchées par une grève pour une augmentation de salaires
Les 5 raffineries de Total touchées par une grève pour une augmentation de salaires

Les cinq raffineries et deux usines du groupe pétrolier français Total, situées dans l'Hexagone, sont touchées ce lundi par un mouvement de grève reconductible à l'appel de la CGT et FO pour des augmentations salariales. Les syndicats annoncent entre 75% et 100% de grévistes à la production. Les sites de Gonfreville-l'Orcher (en Seine-Maritime) et La Mède (dans les Bouches-du-Rhône) sont à l'arrêt. L'usine de fluides d'Oudalle (Seine-Maritime) et l'établissement des Flandres (Nord) se sont également joints au mouvement. Numéro un du marché en France et en Europe, Total exploite cinq sites dans l'Hexagone: Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique), Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), Feyzin (Rhône) et Grandpuits (Seine-et-Marne).

A terme, une grève massive des raffineries stratégiques peut paralyser la France entière, à l'image du mouvement d'ampleur d'octobre 2010. Une situation qui n'est pas d'actualité dans l'immédiat.

«Parti pour durer», selon la CGT

Selon Eric Sellini, un coordinateur CGT, des négociations salariales se sont tenues vendredi dernier sans convaincre les salariés. «Cela ne leur convient pas, alors que les résultats du groupe sont bons et que notre entreprise se porte très bien», a-t-il justifié, avant de prévenir : «C'est parti pour durer puisque des consignes d'arrêt total des unités ont déjà été posées dans deux raffineries». Après un arrêt de l'activité des raffineries, il faut entre trois et cinq jours pour un redémarrage.

Les bénéfices de Total pour l'année 2012 s'élèvent à 10,7 milliards d'euros. La direction proposait 1,5% d'augmentation, elle «se moque des salariés», s'est indignée la CGT dans un communiqué, ce lundi matin. Mais, selon la direction de Total, l'accord salarial, soumis à la signature des syndicats lundi et mardi propose «une enveloppe globale d'augmentation de 3,5%» (avec primes individuelles et ancienneté). Ainsi, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • doullens le lundi 16 déc 2013 à 18:58

    @ frk987 c'est sur tout le résultat d'une gestion catastrophique que l'on arrivent a des cas aussi extrême et rien d'autre .

  • frk987 le lundi 16 déc 2013 à 18:13

    Il y a une à deux raffineries de trop en France, ce pourrait bien être la façon de fermer sans problème. Les c.. de la CGT devraient réfléchir, enfin...c'est demander à un âne de comprendre la relativité générale.

  • mauralph le lundi 16 déc 2013 à 18:05

    doullens=abus reporté

  • mauralph le lundi 16 déc 2013 à 18:05

    doullens=abus rappoeté

  • doullens le lundi 16 déc 2013 à 17:32

    après l'abr-tis de marius voici sont frère l'abr-tis de mauralph ! vive la France .

  • mauralph le lundi 16 déc 2013 à 17:15

    macius a raison

  • danquign le lundi 16 déc 2013 à 15:15

    vieux cr.tins !

  • M1158399 le lundi 16 déc 2013 à 15:05

    CGT = Casse Généralisée de l'outil de Travail ! Combien de Châteaux pour le bien être estival des adhérents ?

  • pichou59 le lundi 16 déc 2013 à 14:55

    la cgt, merci de m'indiquer les salaires que vous percevez ainsi que les participations au bénéfices,,,, etc......

  • mucius le lundi 16 déc 2013 à 14:47

    Il faudrait en fermer encore une ou deux pour qu'ils comprennent que leur productivité n'est pas au niveau du reste du monde (voir les différentes fermetures récentes). Lamentables syndicats destructeurs d'emplois!