Les 5 bonnes raisons d'y croire pour le PSG

le
0
Les 5 bonnes raisons d'y croire pour le PSG
Les 5 bonnes raisons d'y croire pour le PSG

Battu 3-1 à domicile, le PSG ne nourrit plus grand espoir de rallier le prochain tour de la Ligue des champions. Pourtant, point de défaitisme. Car les raisons d'imaginer un retournement de situation sont nombreuses. Enfin presque.

  • Parce qu'un club français l'a déjà fait
    Les moins de 30 ans ne peuvent s'en souvenir. Pourtant, un soir de 1984, le Barça est déjà tombé à domicile sous les balles françaises alors qu'il comptait deux buts d'avance. Le bourreau d'alors s'appelle le FC Metz. Battus 2-4 à Saint-Symphorien, les Grenats avaient pourtant souffert en début de partie, comptant sur un grand gardien pour ne pas rompre plus d'une fois. Et puisque que les exploits se nourrissent nécessairement de situations désespérées mais aussi, de grands joueurs, c'est de Tony Kurbos et sa moustache pornographique que viendront la légende. Un triplé pour la postérité et le FC Metz faisait plier Bernd Schuster, l'arrogant qui avait promis un jambon pour remercier les Français du déplacement. Dès lors, le PSG peut y croire. Parce qu'il possède des joueurs capables de briller au-delà du réel, comme Tony, mais aussi parce que le retour face à Chelsea a démontré que le retournement de situation était dans les cordes de cet effectif. Metz 1984-Paris 2015 ? Aux hommes de Laurent Blanc de bouter les Grenats hors du podium de l'exploit hexagonal.

  • Parce que les absents sont de retour
    Bouhh Rabiot ! Bouhhh Cabaye ! Bouhhhhhhhhh Cavani ! Non, les coiffeurs parisiens n'ont pas eu la cote à l'applaudimètre du Parc des Princes. Le premier trop tendre, le second pas au niveau espéré, le troisième d'une incroyable maladresse, pour ne pas dire incompétence : le PSG a terriblement payé les absences de ses cadres habituels. Du moins, le résultat de l'aller a semblé conforter cette idée. Pour cette seconde manche, le PSG retrouvera pourtant certaines couleurs. Toujours privé des deux Thiago, Silva et Motta, le club de la capitale récupèrera son piston génial, Verratti, mais aussi son fantasque buteur, Zlatan Ibrahimović. Et s'il est bien deux domaines où Paris a pêché au Parc, c'est bien à la relance et à la finition. Qu'aurait donné cette manche si l'Italien avait dégainé deux-trois dribbles pour lancer les contre-attaques et si Zlatan avait réussi les contrôles manqués par l'Uruguayen ? Nul ne le sait. Mais ces 90 minutes retour seront là pour démontrer qu'avec ces deux hommes, la vie parisienne n'est que plus belle.

  • Le Barça s'y croit déjà
    Et comment ne pas les…







  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant