Les 49 Turcs enlevés dans le nord de l'Irak sont libres

le
0

* Aucune rançon n'a été versée, dit la chaîne NTV * La libération aurait eu lieu via l'est de la Syrie par Seyhmus Cakan SANLIURFA, Turquie, 20 septembre (Reuters) - Les 49 Turcs qui étaient aux mains des djihadistes de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak ont pu être rapatriés samedi par les services de renseignement turcs, après plus de trois mois de captivité, lors de ce que le président Recep Tayyip Erdogan a appelé une opération secrète de sauvetage. Les ex-otages, parmi lesquels se trouvent le consul général de Turquie à Mossoul, des enfants de diplomates ainsi que des militaires, avaient été faits prisonniers au consulat de Mossoul le 11 juin, lors de l'avance éclair des djihadistes de l'Etat islamique. Ils sont arrivés samedi matin à Sanliurfa, dans le sud de la Turquie. Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a annoncé qu'il écourtait une visite officielle en Azerbaïdjan pour aller accueillir le groupe des ex-otages, et qu'il les ramènerait en avion de Sanliurfa à Ankara. "Je remercie le Premier ministre et ses collaborateurs pour l'opération préparée depuis un certain temps, minutieusement mise au point puis conduite dans le plus grand secret au cours de la nuit", a déclaré le chef de l'Etat turc, Recep Tayyip Erdogan. "Le MIT (services de renseignement turcs) a suivi délicatement et avec patience la situation depuis le début et l'opération de secours a été couronnée de succès", a-t-il ajouté. Ahmet Davutoglu, qui s'est adressé à la presse en Azerbaïdjan, s'est refusé à donner des précisions sur les circonstances de la libération des otages. "C'est une opération qu'a menée le MIT avec ses méthodes. L'opération s'est intensifiée ces derniers jours", a-t-il dit à la chaîne de télévision turque TRT. Selon la chaîne de télévision turque NTV, les autorités turques n'ont versé aucune rançon et il n'y a pas eu de combats avec les djihadistes pour les libérer. Les autorités turques avaient déclaré à plusieurs reprises que des efforts étaient en cours pour obtenir leur libération et que les otages étaient en bonne santé. On indique de source proche des services de sécurité qu'ils ont été libérés du côté syrien de la frontière avec la Turquie, après avoir été acheminés là en provenance de Rakka, ville de l'Est syrien aux mains du groupe Etat islamique. L'enlèvement du groupe a amené la Turquie, pays membre de l'Otan frontalier de la Syrie et de l'Irak, à éviter tout engagement militaire au sein de la coalition formée à l'initiative des Etats-Unis pour combattre l'Etat islamique. (Orhan Coskun et Ayla Jean Yackley, Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant