Les 100 coups de fouets contre le blogueur saoudien confirmés

le , mis à jour à 14:57
0
Les 100 coups de fouets contre le blogueur saoudien confirmés
Les 100 coups de fouets contre le blogueur saoudien confirmés

La Cour suprême d'Arabie saoudite a confirmé ce dimanche la peine de dix ans de prison et de 1000 coups de fouet prononcée l'an passé contre le blogueur saoudien emprisonné Raef Badaoui. Ce dimanche, son épouse s'est dite «choquée» par cette décision «irrévocable».

Installée au Canada depuis la condamnation de son mari, Ensaf Haidar semble perdre espoir. Fin mai, elle a supplié la France d'intervenir pour tenter d'influencer le gouvernement saoudien et sauver son mari Raef Badaoui, condamné à cinquante coups de fouet par semaine pendant vingt semaines, pour «insulte à l'islam».

Reprise rapide des flagellation

Le blogueur a déjà subi une première séance de flagellation le 9 janvier mais les séances suivantes ont été repoussées d'abord pour des raisons de santé, puis pour des motifs non précisés. «J'espérais qu'à l'approche du ramadan - le mois de jeûne musulman qui commence vers le 17 juin - et avec le nouveau roi en Arabie saoudite, les prisonniers d'opinion dans le royaume, dont Raef, soient graciés», a confié ce dimanche sa femme.

VIDEO. Blogueur saoudien flagellé : sa femme demande l'aide de l'Europe

Ensaf Haidar a indiqué craindre que les séances de flagellation reprennent rapidement, peut-être «à partir de la semaine prochaine».

Une sentence «cruelle et inhumaine»

En début d'année, la situation du blogueur a soulevé l'indignation à travers le monde, l'ONU dénonçant une sentence «cruelle et inhumaine». Animateur du site internet Liberal Saudi Network et lauréat 2014 du prix Reporters sans frontière pour la liberté de la presse, il est un farouche défenseur de la liberté d'expression. Son site avait par exemple demandé la fin de l'influence religieuse dans le royaume, régi par le wahhabisme, une stricte version de l'islam.

La présence de représentants saoudiens dans la marche républicaine du 11-janvier à Paris pour la liberté d'expression, après les attentats qui ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant