Les 10 dates de Roberto Mancini.

le
0
Les 10 dates de Roberto Mancini.
Les 10 dates de Roberto Mancini.

Une semaine après avoir signé un retour inattendu sur le banc de l'Inter, Roberto Mancini fête aujourd'hui ses 50 ans à San Siro. Cinq décennies de mèches bien coiffées, vestes cintrées, jolies écharpes et 4-3-1-2, mais aussi de belles talonnades, des coups d'œil et des buts. "Si je préférais jouer plutôt qu'entraîner ? Évidemment ! Mais attends, tu joues au ballon, quoi. En tant qu'entraîneur, tu dépends des autres. Tu ne peux pas comparer. Rien ne peut remplacer cette sensation d'avoir le ballon entre les pieds. C'est impossible. " Dix dates pour le buteur au numéro dix.

  • Le Scudetto avec la Sampdoria 1991

    Avant d'avoir porté les plus beaux costumes sur les bancs italiens, anglais et turcs, Mancini portait l'un des plus beaux maillots du monde : celui de la Sampdoria, l'équipe de sa vie. "J'étais à peine plus qu'un enfant quand je suis arrivé, et j'étais un homme quand je suis parti." Arrivé à 18 piges et reparti à 33 ans pour vivre des derniers défis à la Lazio puis à Leicester City, Mancini a marqué la plus belle époque de la présidence de Riccardo Garrone. Un seul numéro 10, 173 buts et plus de 560 rencontres pour cette "Sampd'Oro". Entre le Napoli de Maradona et le Milan de Capello, Mancini trouve aussi le moyen de remporter le Scudetto sous les ordres de Vujadin Boškov en 1991. Avec Gianluca Vialli, les deux attaquants sont surnommés "les jumeaux du but". Epoque folle.


  • La finale de C1 perdue avec la Sampdoria 1992

    En 1989, la Samp s'incline en finale de Coupe des coupes contre le Barça. En 1990, elle remporte cette même Coupe des coupes contre Anderlecht, grace à doublé de Vialli. Deux ans plus tard, à Wembley, elle retrouve le même Barça de Cruijff, cette fois-ci en finale de la grande C1. Une défaite en prolongation sur un coup franc de Koeman. 1-0, à l'italienne. Aujourd'hui, il dit que c'est la récompense qui lui manque le plus, "parce que je l'ai vue à deux pas et je n'ai pas pu la prendre ", et le match qu'il aimerait pouvoir rejouer, "en espérant que Vialli mette au moins une des occasions qu'il a ratées " Pas de cadeaux entre jumeaux.









  • Le Scudetto avec la Sampdoria 1991

    Avant d'avoir porté les plus beaux costumes sur les bancs italiens, anglais et turcs, Mancini portait l'un des plus beaux maillots du monde : celui de la Sampdoria, l'équipe de sa vie. "J'étais à peine plus qu'un enfant quand je suis arrivé, et j'étais un homme quand je suis parti." Arrivé à 18 piges et reparti à 33 ans pour vivre des derniers défis à la Lazio puis à Leicester City, Mancini a marqué la plus belle époque de la présidence de Riccardo Garrone. Un seul numéro 10, 173 buts et plus de 560 rencontres pour cette "Sampd'Oro". Entre le Napoli de Maradona et le Milan de Capello, Mancini trouve aussi le moyen de remporter le Scudetto sous les ordres de Vujadin Boškov en 1991. Avec Gianluca Vialli, les deux attaquants sont surnommés "les jumeaux du but". Epoque folle.


  • La finale de C1 perdue avec la Sampdoria 1992

    En 1989, la Samp s'incline en finale de Coupe des coupes contre le Barça. En 1990, elle remporte cette même Coupe des coupes contre Anderlecht, grace à doublé de Vialli. Deux ans plus tard, à Wembley, elle retrouve le même Barça de Cruijff, cette fois-ci en finale de la grande C1. Une défaite en prolongation sur un coup franc de Koeman. 1-0, à l'italienne. Aujourd'hui, il dit que c'est la récompense qui lui manque le plus, "parce que je l'ai vue à deux pas et je n'ai pas pu la prendre ", et le match qu'il aimerait pouvoir rejouer, "en espérant que Vialli mette au moins une des occasions qu'il a ratées " Pas de cadeaux entre jumeaux.









  • ...

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant