Lèpre : la Fondation Raoul Follereau épinglée par l'IGAS

le
0
Lèpre : la Fondation Raoul Follereau épinglée par l'IGAS
Lèpre : la Fondation Raoul Follereau épinglée par l'IGAS

C'est un coup dur pour l'un des acteurs historiques de la lutte contre la lèpre. La Fondation Raoul Follereau a été épinglée dans un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) qui vient d'être publié.

Ce rapport intervient douze ans après un autre qui avait déjà critiqué «l'opacité» et les mauvais comptes de l'organisation humanitaire. Cette fois-ci, l'Igas émet de nouvelles «réserves» sur le fonctionnement de la fondation. Cette dernière est reconnue d'utilité publique depuis 1984 et finance ses actions quasi exclusivement au travers d'appels à la générosité du public.

Des «financements non conformes à l'objet social d'intérêt général»

Malgré la dissolution, en 2002, du «groupe Follereau», sa séparation des activités caritatives des activités de logement social et une simplification des structures opérationnelles mises en oeuvre à la suite du premier rapport, «l'organisation reste complexe et ne garantit pas complètement au donateur une utilisation conforme de ses dons», relève l'Igas.

L'Igas relève notamment des «financements non conformes à l'objet social d'intérêt général» apportés à des communautés religieuses ou à l'enseignement privé catholique hors contrat et qui représentent 5% des missions d'aide totales.

Le rapport de l'Igas

Rapport Follereau publié par redacweb6352

Parmi les aides contestées, l'Igas cite celle apportée depuis 2009 au Mouvement pour la canonisation de Madeleine et Raoul Follereau, soit 60 000 euros au total auxquels vient s'ajouter la mise à disposition gratuite d'un local acquis pour 315 000 euros.

Décédé en 1977, Raoul Follereau était un militant catholique qui a consacré sa vie à la lutte contre la lèpre avec son épouse Madeleine.

Son légataire testamentaire, André Récipon, a poursuivi ses activités en mettant en place toute une série de structures, aujourd'hui regroupées au sein de la Fondation et d'une association ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant