Leonid Soucis

le
0
Leonid Soucis
Leonid Soucis

Après de beaux exploits à la tête du CSKA Moscou, Leonid Slutsky, qui entrainait aussi la Russie à l'Euro, a connu un sérieux coup d'arrêt depuis l'élimination humiliante des Russes. Limogé en sélection, Slutsky est maintenant dans une situation compliquée en club. Focus sur un homme qui perd des plumes.

Vautrés. À deux ans de leur Coupe du monde, les Russes ont terminé le dernier Euro dans le caniveau. Une vilaine dernière place de leur poule, un misérable point marqué, et quelques pelletées de fans tarés qui ont profité de leur voyage en France pour saccager des centres-villes, l'addition ne ressemble pas à ce qu'avait prévu Trip Advisor. Mais si les Russes sont peut-être devenus très mauvais footballeurs, ils n'en restent pas moins des hommes pour qui l'honneur est une valeur phare, et l'entraîneur Leonid Slutsky avait fait son hara-kiri à peine la dernière gifle face au Pays de Galles encaissée. " Je voudrais présenter mes excuses pour ce que nous avons montré. Les gens n'ont pas mérité notre niveau de jeu, et je suis prêt à prendre toute la responsabilité de l'échec sur moi. Si on n'a pas réussi, c'est mon erreur. Ne concentrez par votre attention sur les joueurs mais parlez de moi et de mes responsabilités. " Un homme qui sait se transformer en gilet pare-balles pour protéger ses gars, assurément. Une semaine plus tard, la Fédération russe ne surprenait personne en annonçant le renvoi de Leonid Slutsky, mais sans donner le nom d'un successeur, ni de date de remplacement. Dans le flou le plus complet, le football russe était parti pour un audit complet et une belle remise en question. Slutsky, de son côté, ne se retrouvait pas à la rue. Car en plus d'être sélectionneur national, il occupait le poste de coach du CSKA Moscou, avec qui il était champion de Russie en titre avant l'Euro. Ce soir, à Louis II, c'est encore lui qui dirigera les manœuvres moscovites.

Tout pour le CSKA


Le divorce entre Leonid Slutsky et l'équipe de Russie s'est fait sans grosses complications. Les résultats de l'Euro ne lui avaient laissé aucun espoir, il s'était lui-même considéré comme responsable du drame, son contrat arrivait à sa fin, et des têtes devaient tomber. Le passage sur la guillotine fut donc rapidement expédié, et Vitali Moutko, ministre des Sports et président de la Fédération russe de football, jurait que les vraies ambitions de Slutsky étaient pour le CSKA : " Leonid pense que l'équipe nationale, ce n'est pas vraiment son truc. Il est plutôt entraîneur de club. Il préfère se concentrer sur le travail en club. " Car si l'année que Slutsky a passée à bricoler avec la Sbornaya n'a rien donné à part une…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant