Leonarda : les lycéens dans la rue, Valls écourte sa visite aux Antilles

le
2
Leonarda : les lycéens dans la rue, Valls écourte sa visite aux Antilles
Leonarda : les lycéens dans la rue, Valls écourte sa visite aux Antilles

A la veille des vacances de la Toussaint, un nouvel appel à la manifestation est lancé ce vendredi par les lycéens contre les expulsions d'élèves étrangers après l'affaire Leonarda et l'expulsion de Khatchik. A Paris, une vingtaine de lycées étaient mobilisés et le mouvement gagne également la banlieue et la province avec des blocages et des actions symboliques à La Rochelle, Lyon et Marseille. Une manifestation parisienne est partie à 13 heures de Bastille en direction de Nation alors que le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a appelé vendredi les lycéens à «rentrer dans leurs établissements». Par ailleurs, en début d'après-midi, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a annoncé vendredi sa décision d'écourter sa visite aux Antilles en raison de l'affaire Leonarda et de rentrer à Paris avec un jour d'avance. «Malheureusement, je repars ce soir parce que le rapport de l'inspection générale de l'administration concernant les conditions d'éloignement de Leonarda me sera remis demain» samedi, a-t-il déclaré à des journalistes à Pointe-à-Pitre.

«Sur Paris, une vingtaine de lycées sont mobilisés», a déclaré un responsable du syndicat lycéen Fidl, citant entre autres les lycées «Charlemagne, Sophie-Germain, Maurice-Ravel, Hélène-Boucher, Arago». «Au moins 23 lycées bloqués» selon le rectorat, sur la centaine de lycées parisiens. Dans ces lycées, les entrées sont souvent partiellement bloquées, avec des rassemblements devant l'établissement. «On laisse une entrée sur le côté, il y a des cours mais les classes sont un peu vides», précise la Fidl.

Devant le lycée Charlemagne, dans le centre de Paris, des poubelles étaient empilées à l'entrée. Une banderole était déployée: «Pas de papiers mais des cahiers, Charlemagne se mobilise pour Leonarda et Khatchik». «On est là pour les soutenir. Ça pourrait être nos potes. Ce sont des élèves comme nous. Il faut absolument qu'ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le vendredi 18 oct 2013 à 14:13

    encore l'extrême gauche..... et ces petits en culottes courtes avalent?????

  • LeRaleur le vendredi 18 oct 2013 à 10:26

    Deux jours de vacances en plus pour ces ONC.