Leonarda : à Alfortville, Ayrault répète la doctrine, Duflot ne dit mot

le
0
Lors d'une visite sur le thème de la précarité, la ministre du Logement était soucieuse de montrer qu'elle applique à la lettre le principe de «solidarité» gouvernementale.

Lorsque Jean-Marc Ayrault est arrivé jeudi matin à Alfortville (Val-de-Marne), quatre lycées parisiens étaient déjà bloqués. Et quand, une heure et demie plus tard, il a quitté la «Maison de l'abbé», où a vécu l'abbé Pierre et où sont dorénavant hébergées des personnes en grande précarité, des milliers de jeunes réclamant le retour de Leonarda manifestaient dans les rues de Paris.

Mais le premier ministre, venu sur place à l'occasion de la Journée mondiale du refus de la misère, est resté muet sur la mobilisation lycéenne naissante. Ayrault a feint de vouloir rejoindre sa voiture lorsqu'il a été interrogé sur les appels à la mobilisation de la Fidl (le syndicat lycéen, proche du PS). Puis, il s'est ravisé et a répondu aux questions des journalistes sur le sort de Leonarda. «Nous somme...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant