Leo le bricolo

le
0
Leo le bricolo
Leo le bricolo

Ce week-end, l'AS Monaco a détruit Toulouse sur le score de 4-0, confortant ainsi sa deuxième place. Histoire de rappeler à tout le monde que Leonardo Jardim est un entraîneur très costaud.

"Gagner avec la manière, c'est pour Barcelone". Vraiment, Leonardo ? Depuis cette dernière sortie dans les médias qui venait apporter de l'eau au moulin de ceux qui dénonçaient le jeu dégueulasse de l'AS Monaco, le club de la Principauté a explosé le Téfécé. Dit comme ça, ça paraît banal, mais Toulouse restait sur deux prestations solides face au tout puissant PSG. Mais face à Monaco, les Toulousains ont explosé en vol avec cette défaite 4-0. L'histoire de Leonardo Jardim avec l'ASM est un éternel recommencement. On doute de lui parce que Monaco joue mal et peine à avoir des résultats, il ne panique pas et fait son travail ben sagement dans son coin. Et puis, à mi-saison, on se rend compte que l'ASM sera bien dans le trio de tête, sans faire de bruit. S'il y a bien un club en Ligue 1 qui doit son salut à son entraîneur, c'est l'AS Monaco. Parce que le moins que l'on puisse dire, c'est que ses dirigeants ne lui facilitent pas la tâche.

Le spécialiste du gratin de restes

Jardim est arrivé sur le Rocher en 2014 avec la lourde tâche de remplacer Claudio Ranieri. Sa mission : faire aussi bien que son prédécesseur, sans James Rodriguez et Falcao. Pas grave, le Portugais s'adapte, et s'appuie sur deux nouveaux hommes forts, Yannick Ferreira-Carrasco et Anthony Martial. Les résultats tardent à venir et Monaco reste englué en deuxième partie de tableau pendant un petit bout de temps. Suffisamment longtemps pour que tout le monde enterre les Monégasques. Sauf que Jardim est sûr de ce qu'il fait et fait taire pas mal de mauvaises langues en terminant sur le podium et en atteignant les quarts de finale de la Ligue des champions. Le tout avec un effectif largement remanié. Cette année, rebelote. Ses deux leaders d'attaque se font la belle, accompagnés de Geoffrey Kondogbia, Aymen Abdennour et Layvin Kurzawa. Que des cadres. Mais cette fois-ci, le recrutement pour les remplacer n'est pas à la hauteur : Guido Carillo, Ivan Cavaleiro, Stephan El-Shaarawy… Autant dire pas mal de mauvaises pioches.

Du coup, tout recommence. Un début de saison compliqué, beaucoup de matchs nuls, des victoires d'un but d'écart et beaucoup de discrétion. Et depuis maintenant deux semaines, le technicien portugais a enclenché la deuxième phase. Le Monaco 2015-2016 arrive à maturité et commence à carburer à plein régime. Cette année encore, la qualification en Ligue des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant