Lens, 33 jours plus tard

le
0
Lens, 33 jours plus tard
Lens, 33 jours plus tard

C'était il y a un mois et deux jours, un peu avant 22h : le RC Lens apprenait qu'il ne retrouverait pas l'élite. A l'heure de la reprise, que peut espérer le Racing pour la saison à venir ?

Eux, ils ont finalement vu le soleil. Le 13 octobre 2010, après 69 jours ensevelis sous terre, les 33 mineurs chiliens de Copiapó sortent de l'obscurité et retrouvent la lumière qu'ils n'auraient pas dû quitter - jusqu'à s'y brûler, plus tard, victimes mal préparées de la sur-médiatisation planétaire de l'événement. Mais, du côté des corons, on n'en est pas encore là. La faute au but d'un remplaçant amiénois à la dernière minute des 3 500 que compte, grosso modo, la saison d'un club. La faute, aussi, à des virages mal négociés par le Racing, face à Auxerre, Le Havre ou Strasbourg pour ne parler que du money time. Résultat, Lens s'est retrouvé à la place du con au moment du baisser de rideau et va devoir s'enfiler une nouvelle fournée de Domino's avec un risque certain d'indigestion. Le genre d'empiffrage qui rendrait raffinées les rations de survie envoyées pendant plus de deux mois à los 33.

Temps des cerises et gouttes de sang


33, c'est aussi le nombre de jours qui séparent les larmes et la sueur, la fin du bal et la reprise. Un peu plus d'un mois plus tard, il faut repartir au turbin. Une situation qu'a connue Pascal Cygan il y a près de 20 ans, à quelques kilomètres de là, avec Lille. En 1999, le LOSC ne retrouve pas la Division 1, la faute à une différence de buts défavorable par rapport à Troyes. Cygan se souvient : " Forcément, on est dépités. On part en vacances, mais il faut une bonne dizaine de jours pour se remettre la tête à l'endroit ". En revanche, la déception passée, les joueurs tentent d'en tirer le meilleur parti : " Tout ce qu'on peut faire, c'est faire en sorte de ne pas répéter les mêmes erreurs. On peut essayer de mieux se préparer individuellement pour ne pas revivre la même situation ". Pour surfer sur la vague, en somme. Avec ce petit bémol que pointe Pascal de Wasquehal, à propos de Lens : " J'ai cru entendre qu'il y aurait pas mal de changements. Est-ce que c'est la bonne solution ? Ce n'est pas sûr. "

Le Racing Club de la lose ?

De fait, à Lens, la dynamique est précaire. Solferino, la holding

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant