Lemmy Kilmister, Fast & Furious Club !

le
0
Lemmy Kilmister, Fast & Furious Club !
Lemmy Kilmister, Fast & Furious Club !

Mort à 70 années. Comme un clin d'œil aux années 70 finissantes et au fracas Motörhead… Car si Lemmy n'était, paraît-il, pas très foot, l'âge d'or de son power trio fut pourtant totalement synchrone avec celui des clubs anglais, dominateurs de l'Europe (1977-1982). Magnéto, Serge !

"No sleep till Hammersmith"… Le titre de cet album live sorti en 1981 retrace la tournée Blitzkrieg et "sans dormir" achevée par la destruction sonore totale de London, après l'anéantissement, ville après ville, du bon goût et de la niaiserie. Depuis 1977 et quatre albums telluriques (Motörhead, Overkill, Bomber et Aces of Spades), Lemmy-Attila et ses deux Huns score final (Fast Eddy Clarke et Philthy Animal Taylor), ont écrit sans trop le savoir la vraie BO des six succès d'affilée en C1 de Liverpool, Nottingham Forest et Aston Villa.

Another town, another place…


Le "No sleep" des tournées sans fin de Motörhead ressemblait comme deux mêmes chambres d'hôtels miteux au marathon infernal des clubs anglais de l'époque. Une First Division (ex Premier League) à 22 clubs, une League Cup et une FA Cup avec ses matchs à rejouer en cas d'égalité, des matchs de coupes d'Europe disputés dans trois compètes (C1, C2 et C3), des matchs de gala dans le monde entier et pour les joueurs internationaux du rab avec leurs sélections respectives, notamment le Tournoi Britannique de fin de saison (Angleterre, Galles, Irlande du Nord et Ecosse) ! Forçat du rock ou forçat du foot : voilà ce qu'étaient les deux seules alternatives du jeune prolo anglais pour échapper à l'usine. Dès les sixties, le jeune working class zéro Lemmy Kilmister avait choisi le rock. Son physique de démolisseur axial aurait pourtant pu lui promettre une foutue carrière dans n'importe quel back four de Norwich, Sheffield ou Middlesbrough...

1977-1982 : Great Great Britain ! Rétro // Le foot anglais de 1977 à 1984 - SO FOOT.com
A la fin des seventies, lancés dans le tourbillon des gigs (concerts) et des fixtures (matchs) les rockers jouent sans répéter et les footballeurs jouent sans s'entrainer ! Pas le temps, tout simplement : "Another town, another place /Another girl, another face /Another truck, another race / I'm eating junk, feeling bad / Another night, I'm going mad /My woman's leaving, I feel sad /Another town I've left behind” (We are the road crew, album The Ace of spades - 1980). Elle fut sans doute-là la formule du succès du rock anglais et des clubs english : jamais de…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant