Leicester, le plus dur est à venir

le
0
Leicester, le plus dur est à venir
Leicester, le plus dur est à venir

Champion d'Angleterre, Leicester savoure son triomphe. Mais les Renards doivent vite redescendre sur terre et préparer l'avenir à court, moyen et long termes. Car plus on monte haut, plus la chute peut faire mal.

À en croire les bookmakers anglais, le triomphe de Leicester a plus de chances d'être un one shot sans lendemain que le début d'une dynastie renarde sur le toit de la Premier League. Que ce soit William Hill, Ladbrokes ou Paddy Power, les trois grandes sociétés de paris sportifs anglaises enregistrent de meilleures cotes pour une relégation des hommes de Claudio Ranieri qu'un second titre consécutif. Assez logique finalement, si l'on considère que les champions surprises des grands championnats européens réussissent rarement la passe de deux et sont plus prompts, à l'image de Blackburn - champion d'Angleterre 1995, relégué en 1999 - à subir un méchant contre-coup après avoir atteint les sommets. Pour éviter de passer sans transition du rêve au cauchemar, l'équipe surprise de Premier League va donc devoir travailler dur cet été. Et bien.

Préserver son effectif


C'est la première problématique de Ranieri : conserver ses joueurs clés. Les plus convoités sont Riyad Mahrez, joueur de l'année en Angleterre, et N'Golo Kanté, dont la valeur pourrait encore grimper durant l'Euro. En cas d'offres exceptionnelles et d'une volonté ferme des intéressés pour changer d'air, Leicester aura du mal à s'aligner. Le cas Jamie Vardy est légèrement moins problématique en raison de l'âge du joueur, bientôt 30 ans, et de son profil de révélation tardive. Sa valeur marchande comme son attractivité sont conséquentes mais forcément moindres que celles de ses deux partenaires. Pour le reste, les Foxes auront besoin de préserver au maximum les cadres actuels comme Kasper Schmeichel, Danny Drinkwater, Wes Morgan, Robert Huth ou Danny Simpson. Mais cela sera probablement plus simple car ces hommes de l'ombre incarnent une réussite collective plus que du génie. Et donc un retour sur investissement moins évident pour les acheteurs potentiels.

Renforcer l'effectif en vue de la Ligue des champions


Claudio Ranieri a prévenu, il ne vient pas en Ligue des champions en victime. Mais pour éviter que la scène européenne ne devienne un fardeau pour son groupe, le coach italien est dans l'obligation de l'étoffer. Quantitativement pour éviter un burn out de ses cadres, mais surtout qualitativement pour tenir la dragée haute aux cadors du Vieux Continent. La priorité ? " Ils ont besoin de plus de qualité sur le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant