Leicester City et le second souffle

le
0
Leicester City et le second souffle
Leicester City et le second souffle

Dans la zone rouge depuis la 10e journée, Leicester vient de s'en extirper grâce à une belle série de quatre victoires d'affilée. Avant d'affronter Chelsea, les Foxes peuvent encore rêver à un maintien inespéré il y a quelques semaines. Retour sur une résurrection.

Les sourires sont de retour dans les travées du King Power Stadium de Leicester. Des sourires authentiques, témoignant d'un bonheur intense, et de l'espoir fou de voir les Foxes maintenus en Premier League au terme de la saison. En effet, relégables depuis la dixième journée, et une défaite à domicile face à West Bromwich Albion (0-1), les Foxes viennent de réaliser une superbe série de quatre victoires d'affilée en Premier League, une première pour le club depuis 1966, et ont choisi le bon moment pour s'extraire de la zone rouge, alors qu'il leur reste cinq parties à disputer. Un retour remarquable, pourtant difficile à imaginer il y a encore quelques semaines, tant le club semblait s'enfoncer dans une crise inexorable. Ainsi, le 7 février, lors d'une défaite face à Crystal Palace (0-1), l'explosif Nigel Pearson est le principal protagoniste d'un accrochage avec James McArthur, un peu plus d'un mois après avoir asséné à l'un de ses propres supporters un violent "Fuck off and die". Il n'en faut pas plus pour que la machine médiatique s'emballe, et annonce un licenciement de l'ancien capitaine de Middlesbrough.
Du jeu, des risques et des résultats
"Il y a certaines choses qui arrivent dans le foot... disons que c'était un week-end difficile", avouait Pearson la semaine dernière dans les colonnes du Guardian. "J'essaie de me concentrer sur ce que l'on essaie de faire sur le terrain. (...) Je ne vais pas commencer à mettre des costumes classes et une écharpe autour de mon cou. Je ferai ce que j'estime être le meilleur pour mes joueurs. Certains des joueurs, je pense, préféreraient que je sois assis dans les gradins !", assène ensuite le manager avec une pointe d'ironie. Heureusement pour ses joueurs, leur entraîneur et son survêtement sont toujours là pour pousser l'équipe vers le haut. Car si Leicester est parvenu à remonter la pente, l'équipe le doit en grande partie aux prises de risque de son manager. En effet, comme le pointait José Mourinho en conférence de presse, les Foxes ont toujours tenu à développer du jeu, sans pour autant être payés : "J'étais surpris de leur mauvaise place. Mais je ne suis pas surpris qu'ils soient sortis de la zone de relégation désormais, et je ne serai pas surpris lorsqu'ils se maintiendront dans cette division". En effet, loin de s'apitoyer sur son sort, Pearson a…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant