Legrottaglie : "Dieu est souverain, mais il ne choisit pas pour moi"

le
0
Legrottaglie : "Dieu est souverain, mais il ne choisit pas pour moi"
Legrottaglie : "Dieu est souverain, mais il ne choisit pas pour moi"

Révélé au Chievo au début des années 2000 avant de signer à la Juventus, Nicola Legrottaglie (quarante ans) a été l'un des meilleurs défenseurs italiens de sa génération, mais on le retient surtout pour son énorme foi en Dieu qu'il n'a jamais hésité à partager.

Cela vous va qu'on se souvienne plus du croyant que du footballeur ?
C'est la simple conséquence de mes expériences. J'aime que les gens me voient comme une personne voulant véhiculer un message positif et fondamental qui est celui du Christ. Dans le même temps, je me considère comme quelqu'un qui a fait beaucoup dans sa profession. Ce sont deux aspects qui vont de pair, encore plus depuis que j'ai embrassé le métier d'entraîneur, car je veux mettre en pratique certains principes dans le monde du foot.

Avant votre conversion, vous étiez vraiment le stéréotype du footballeur qui ne pensait qu'aux belles bagnoles et aux femmes désirables ?
Là où il y a le succès, la notoriété, l'argent et le pouvoir, les tentations sont logiquement plus nombreuses. Ceux qui vivent dans cet environnement sont dans une routine, rien ne leur suffit, ils veulent toujours plus. Ils n'arrivent pas à valoriser ce qu'ils possèdent et essayent d'avoir plus pour se sentir bien. Souvent, le joueur vit dans ce contexte d'égoïsme absolu où tout doit tourner autour de lui et il ne réussit pas à atteindre les objectifs préfixés dans la vie qui ne sont pas seulement être connu et riche, mais aussi construire une famille, être intègre.

Quel a été le déclic vous concernant ?
"Un jour, je suis revenu de discothèque et j'ai ressenti une profonde insatisfaction intérieure et j'ai découvert qu'elle était spirituelle."
Quand j'allais danser, m'amuser, rencontrer des filles, je savais que je ne faisais pas les bonnes choses, je suivais la masse, je voulais être pareil que les autres. C'est le problème de nombreux jeunes aujourd'hui, car c'est le paramètre pour être considéré par les autres. Un jour, je suis revenu de discothèque et j'ai ressenti une profonde insatisfaction intérieure et j'ai découvert qu'elle était spirituelle. J'ai donc décidé de changer, de me remettre en question, de me reconnecter avec celui qui m'a créé, c'est-à-dire Dieu.

Il y a eu aussi cette rencontre avec votre ancien coéquipier Tomas Guzmán et les "Athlètes du Christ".
Je m'étais rapproché du Seigneur, et après six mois, j'ai rencontré ce garçon qui m'a parlé de manière intime de Jésus. Il m'a fait…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant