Legrand serein sur sa rentabilité par rapport aux changes

le
0

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Natalie Huet

PARIS (Reuters) - Legrand s'est dit jeudi serein quant à sa capacité à ne pas subir sur sa rentabilité les effets de changes défavorables après avoir enregistré une marge opérationnelle 2013 meilleure qu'attendu grâce aux initiatives prises en matière de productivité et à un pilotage de la performance différencié par pays.

Pour 2014, le spécialiste des infrastructures électriques et numériques du bâtiment vise une évolution organique de son chiffre d'affaires comprise entre 0% et 3%, et une marge opérationnelle ajustée avant prise en compte des acquisitions entre 19,8% et 20,2%.

"Aux Etats-Unis, nous escomptons un environnement toujours porteur, dans la plupart des pays matures d'Europe, nous attendons une amélioration très progressive du contexte économique, et puis enfin dans les nouvelles économies nous attendons un environnement globalement favorable mais présentant bien sûr des incertitudes liées aux récentes évolutions des devises de certains pays", a indiqué lors d'une conférence téléphonique le PDG Gilles Schnepp.

"Nous sommes très sereins quant à la capacité pour Legrand de ne pas avoir d'impact sur sa rentabilité du fait des effets de change, puisque cet équilibre qui existait en 2013 perdure en 2014", a-t-il ajouté, précisant que son groupe fabrique dans les devises dans lesquelles il vend.

Legrand réalise environ 20% de ses ventes en dollar américain, 40% en euro et 40% dans d'autres devises.

MARGE NETTE RECORD

A fin 2013, le groupe affiche un résultat opérationnel ajusté en hausse à 882,3 millions d'euros, contre 874,4 millions un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en baisse de 0,1% à 4,46 milliards d'euros (+2,9% hors effet de change), soit une marge de 19,8% et de 20,1% avant acquisitions.

La marge nette ressort, elle, à 11,9%, un niveau record.

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S était de 863 millions pour le résultat opérationnel et de 4,47 milliards pour le chiffre d'affaires.

Début novembre, le groupe avait relevé son objectif de marge opérationnelle ajustée avant acquisitions comprise entre 19,5% et 20% pour 2013, contre un objectif précédent de 19% à 20%.

Sur la base de ses résultats annuels, le groupe proposera le versement d'un dividende de 1,05 euro par action au titre de 2013, contre 1,00 euro pour 2012.

Legrand compte par ailleurs poursuivre sa stratégie de croissance externe, créatrice de valeur, les six acquisitions annoncées au cours des douze derniers mois totalisant un chiffre d'affaires de près de 200 millions d'euros.

"Nous suivons en permanence sur notre écran radar plusieurs centaines de sociétés de part le monde. Nos équipes analysent (...) à peu près une opportunité par semaine et en moyenne chaque année nous réalisons quatre à six acquisitions", a expliqué Gilles Schnepp.

"Le bilan solide de Legrand lui donne toute latitude pour poursuivre cette stratégie sans affecter sa structure financière", a-t-il commenté, sans toutefois préciser le nombre d'acquisitions visées pour cette année.

Depuis le début de l'année, l'action Legrand affiche un gain de 1,57%, portant sa capitalisation boursière à 10,76 milliards d'euros, contre un gain de 0,22% pour le CAC 40.

En 2013, la valeur a bondi d'environ 26%, contre une progression de 18% pour le CAC 40. Mercredi, l'action a fini à 40,69 euros (+0,04%).

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant