Lego voudrait renoncer à ses briques en plastique

le
0
Lego voudrait renoncer à ses briques en plastique
Lego voudrait renoncer à ses briques en plastique

6 000 tonnes de plastique. C'est ce que Lego utilise chaque année pour fabriquer ses jouets, dont les iconiques briques qui font le succès de la marque.

Pour remédier à cette aberration écologique, le groupe danois vient d'annoncer vouloir réduire son empreinte carbone en renonçant au plastique. L'objectif : développer des matériaux composites plus respectueux de la planète.

La question de l'imbrication des pièces

Le défi est de taille, puisqu'il faudra aboutir à des matériaux à la fois peu chers et aussi résistants que le plastique. En effet, ce dernier présente l'avantage du «clutch power», expression qui désigne la capacité de la matière à s'imbriquer sans se déformer, à la différence de bon nombre d'autres matériaux. L'autre difficulté sera également de créer des nouvelles briques... qui pourront s'imbriquer avec les autres.

Pour relever le défi, Lego promet d'embaucher une centaine de salariés qui plancheront sur la question. Au total, 1 milliard d'euros vont être débloqués par la marque sur ces 15 prochaines années.

Fin du partenariat avec Shell

Cette annonce succède à une série d'autres décisions prises par la marque pour réduire son empreinte carbone, en diminuant la taille de ses packagings et en investissant dans le secteur des éoliennes.

L'année dernière, Lego avait été épinglé par Greenpeace pour son partenariat avec Shell. Un million d'e-mails de protestation et une série d'actions organisée par des activistes plus tard, le groupe avait cédé aux pressions de l'ONG en mettant fin à un partenariat lancé dans les années 1960. 

«Cette décision de la marque de jouet est un coup dur porté à Shell : sa stratégie, qui consiste à s’associer à des marques ayant une bonne image pour légitimer ses dangereux projets de forage en Arctique, a désormais du plomb dans l’aile.», s'était alors réjoui Greenpeace.

Repenser le process entier

«Plusieurs facteurs entrent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant