LEGO crée de nouvelles capacités pour doper ses ventes aux USA

le
0
    COPENHAGUE, 6 septembre (Reuters) - LEGO a annoncé mardi un 
ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires et de 
ses bénéfices au premier semestre 2016, mais uniquement, dit-il, 
parce qu'il a besoin de temps pour renforcer sa capacité de 
production afin de pouvoir répondre à une demande croissante en 
Amérique du Nord. 
    Le groupe danois, devenu le fabricant de jouets le plus 
rentable devant Mattel  MAT.O , le fabricant des poupées Barbie, 
a vu son chiffre d'affaires augmenter de 11% sur les six 
premiers mois de l'année, à 15,69 milliards de couronnes 
danoises (2,11 milliards d'euros) tandis que son bénéfice 
opérationnel a progressé de 1% à 4,66 milliards. Son bénéfice 
net a baissé de près de 2% à 3,49 milliards de couronnes. 
    LEGO a augmenté son chiffre d'affaires de plus de 15% par an 
en moyenne au cours des 12 dernières années et de 25% l'an 
dernier. Mais, alors que les ventes en Asie et en Europe, ses 
marchés les plus matures, ont connu une nouvelle croissance à 
deux chiffres au premier semestre, elles ont stagné sur le 
continent américain. 
    LEGO n'a pu faire face à la demande en Amérique du Nord, le 
plus important marché mondial du jouet en 2015, et il a donc 
limité ses activités commerciales, ce qui a débouché sur un 
ralentissement au premier semestre, a dit à Reuters son 
directeur financier John Goodwin. 
    "Nous travaillons très étroitement avec nos partenaires de 
la distribution pour nous assurer qu'à l'entrée de la période 
des fêtes de fin d'année (...) nous disposerons de tous nos 
leviers pour retrouver le chemin de la croissance", a-t-il dit. 
    Dans le cadre d'un plan d'investissement au niveau mondial, 
la société a construit une nouvelle usine en Chine, a augmenté 
sa capacité de production au Mexique et a l'intention de doubler 
la capacité de son usine en Hongrie. Ces investissements ont 
débouché sur la création de 2.500 emplois au premier semestre, 
soit une augmentation de 24% des effectifs.       
 
 (Nikolaj Skydsgaard, Juliette Rouillon pour le service 
français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant