Législatives russes : les observateurs ne sont pas les bienvenus

le
0
REPORTAGE - Les sites Internet des principaux médias indépendants ont été paralysés dimanche.

De notre correspondant à Moscou

Les yeux embrumés par quinze heures de voyage, des militants de Nachi, le mouvement de jeunesse pro-Kremlin, descendent de leur autobus. Il est 10 heures au Parc des expositions de Moscou, lieu de rassemblement des supporteurs du pouvoir. Âgés de 16 à 23 ans, ceux-ci viennent de Petrozavodsk, au nord de Saint-Pétersbourg. Le cortège se met en rang sous la pluie, sous l'½il implacable d'un chef de section, l'un des innombrables anges gardiens du mouvement, qui ont réponse à tout et pour mission, à la tête de leurs troupes juvéniles, de traquer les «provocateurs». Aujourd'hui, les «provocateurs» sont les mouvements d'opposition qui «veulent mettre en doute le soutien apporté à Russie unie et discréditer des élections honnêtes», catégorie dont fait visiblement partie la presse.

Au fond du pavillon 57, qui, à l'époque soviétique, exposait les grandes réalisations de l'URSS, un quinquagénaire barbu tente de chauffer la sal...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant