Législatives : la réplique cinglante de Ségolène Royal à ses adversaires

le
0
Vertement critiquée pour son parachutage à la Rochelle en vue des législatives de 2012, l'ex-candidate à l'Elysée dénonce la «violence et la vulgarité des attaques», même si elle reconnaît une «procédure inhabituelle» de désignation.

Ségolène Royal sort sa carte d'ex-candidate à la présidentielle. Critiquée par les membres de la fédération du PS de la Rochelle pour son «parachutage» dans cette circonscription en vue des législatives de 2012, la socialiste se dit «surprise» de la «violence et la vulgarité des attaques dont (elle) a fait l'objet». «Ma situation, de par mes combats, n'est-elle pas aussi hors du commun ?», s'interroge-t-elle dans la Charente libre , arguant mériter «un minimum de respect». Si elle tente de jouer la carte de l'affect pour faire cesser «ce type de polémique», elle avoue aussi, à demi-mot, avoir été parachutée par la direction du parti en reconnaissant une «procédure inhabituelle».

Quinze jours après sa cuisante défaite à la primaire socialiste, Ségolène Royal était remontée en selle, en affirmant vouloir briguer la présidence de l'Assemblée nationale en cas de victoire de la gauche aux législatives de 2012. Mais le perchoir n'est évidemment env

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant