Législatives en Iran : "Nos votes comptent aujourd'hui"

le , mis à jour le
0
Une Iranienne montre son doigt taché d'encre après avoir voté aux élections législatives et à celles de l'Assemblée des experts, le 26 février à Téhéran. 
Une Iranienne montre son doigt taché d'encre après avoir voté aux élections législatives et à celles de l'Assemblée des experts, le 26 février à Téhéran. 

« Ce vote montre que le monde peut donner son avis en Iran. » Assise sur un banc de pierre, au fond de l'Imam Zadeh Ali Akbar de Chizar, mausolée du nord de Téhéran abritant la tombe de l'un des descendants des 12 imams vénérés par les chiites, Zohreh est déterminée. Vêtue d'un tchador noir, qui cache un foulard rose assorti à son rouge à lèvres, la jeune étudiante en religion se prépare à aller voter. Cinquante-cinq millions d'Iraniens sont appelés ce vendredi à participer à deux des quatre élections au suffrage universel organisées en République islamique d'Iran (présidentielle, législatives, municipales, Assemblée des experts).

Il s'agit pour eux de renouveler deux instances dominées jusqu'ici par les conservateurs. D'un côté, le Parlement et ses 290 députés. De l'autre, l'Assemblée des experts, un organe composé de 88 religieux chargés de surveiller l'action ? mais aussi de nommer ? du guide suprême, l'Ayatollah Khamenei, véritable chef de l'État iranien. Mais ce double scrutin est surtout vital pour l'avenir du président modéré Hassan Rohani, massivement élu en juin 2013.

« Le pouvoir revient au peuple dans le cadre de l'islam »

S'il décroche au « Majless » (Parlement) une majorité « modérée » acquise à sa cause, Rohani peut espérer poursuivre sa politique d'ouverture vis-à-vis de l'Occident concrétisée par l'accord sur le nucléaire iranien du 14 juillet 2015....

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant