Législatives en Espagne : courte victoire de la droite, le PS et Podemos en embuscade

le , mis à jour le
0
Législatives en Espagne : courte victoire de la droite, le PS et Podemos en embuscade
Législatives en Espagne : courte victoire de la droite, le PS et Podemos en embuscade

Penchera t-elle à droite, penchera t-elle à gauche ? Au soir des élections législatives qui se déroulaient ce dimanche en Espagne, le pays apparaît difficile à gouverner, sans majorité franche. Annoncé comme le plus serré de l'histoire récente, avec deux nouveaux partis, Podemos (extrême gauche) et Ciudadanos (centre-droit), bien décidés à mettre fin à la domination du Parti populaire (droite) au pouvoir et du PSOE (opposition socialiste), le scrutin n'a pas déçu.

Les conservateurs du Parti populaire (droite) au pouvoir depuis 2011 arrivent bien en tête mais avec seulement 28,7% des voix ils n'obtiennent que 123 sièges, loin de la majorité absolue (176 sièges). Le PSOE (socialistes) avec 22,3% des suffrages  et 90 sièges se place en deuxième position, devant Podemos qui recueille 20,5% des voix et 69 sièges. Ciudadanos recueillerait 13,7% et 40 sièges. La participation se situerait à 72%.

Avec seulement 123 sièges aux Cortes — l'assemblée nationale espagnole —, le Parti populaire de Mariano Rajoy est en net reflux : il avait remporté 186 sièges en 2011, avec plus de 40% des voix. Le PSOE décroche l'un des pires résultats de son histoire mais sauve de peu sa place de second. Il devra compter avec Podemos et ses alliés, qui malgré la jeunesse de leur parti fondé en 2014 dans le sillage des «Indignés»,  remportent un succès éclatant. Le parti de centre-droit Ciudadanos, en recul par rapport à ce que prévoyaient certains sondages, réussit néanmoins une percée sur la scène politique nationale.

Sur le papier, c'est donc la droite qui gagne les élections. Mais en réalité, ce scrutin dessine une assemblée fragmentée, sans majorité claire pour gouverner.

Le chef du gouvernement espagnol sortant, le conservateur Mariano Rajoy, 60 ans, qui briguait sa réélection, a annoncé qu'il tenterait de former le prochain gouvernement. Mais après avoir perdu sa majorité absolue à la chambre des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant