Législatives en Afrique du Sud, l'ANC encore grand favori

le
0
LES SUD-AFRICAINS AUX URNES
LES SUD-AFRICAINS AUX URNES

par Ed Cropley

JOHANNESBURG (Reuters) - Les Sud-africains élisent ce mercredi leurs députés, mais l'issue du scrutin ne laisse guère de place au doute dans la mesure où les derniers sondages créditent le Congrès national africain (ANC) de 65% des voix, soit sensiblement son niveau lors des précédentes législatives en 2009.

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 05h00 GMT et fermeront à 19h00 GMT, et l'on devrait avoir une idée claire des résultats jeudi à la mi-journée.

C'est la première élection législative où sont appelés à voter les "Born Free" - les jeunes nés après l'abolition de l'apartheid.

La capacité de l'ANC à rebondir a surpris les analystes, qui, voici un an, pensaient que le parti de Nelson Mandela connaîtrait cette fois-ci des difficultés, son glorieux passé s'éloignant et les électeurs pensant davantage au ralentissement économique et à la série de scandales qui ont terni le premier mandat du président Jacob Zuma.

Le plus grand rival de l'ANC, l'Alliance démocratique, a recueilli 16,7% en 2009 et, même si elle a progressé depuis lors, elle passe bien trop pour le berceau politique des blancs privilégiés pour séduire les masses.

L'autre défi posé à l'ANC vient de l'EFF (Economic Freedom Fighters), dirigé par l'ex-chef des jeunesses de l'ANC Julius Malema, qui prend modèle - jusqu'à porter un béret rouge - sur l'ancien président socialiste vénézuélien Hugo Chavez.

Lors de son dernier meeting de campagne, dans un stade de football de Pretoria, Julius Malema, qui souhaite nationaliser les banques et les mines et confisquer les fermes des blancs sans dédommagement, s'en est pris aux investisseurs étrangers et aux anciennes puissances coloniales.

"Londres doit savoir que la reine ne nous fait pas peur!", a-t-il lancé sous les applaudissements nourris de 30.000 partisans.

"Aussi ne rendrons-nous pas de comptes à Londres. Nous en rendrons au peuple. Le peuple sud-africain décidera de quelle façon le monde des affaires doit se comporter en Afrique du Sud. Nous prendrons tout". L'EEF n'est cependant crédité que de 4 à 5% d'intentions de vote.

(Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant