Législatives au Royaume-Uni : trois leaders battus démissionnent

le
0
Législatives au Royaume-Uni : trois leaders battus démissionnent
Législatives au Royaume-Uni : trois leaders battus démissionnent

Les têtes tombent en série. Les résultats des élections législatives au Royaume-Uni pas encore définitifs, plusieurs responsables politiques ont annoncé qu'ils quittaient leurs fonctions.

Victime la plus emblématique, Ed Miliband se retire de la présidence du parti travailliste, alors qu'il espérait encore devenir Premier ministre au début du scrutin. «Ce n'est pas le discours que je voulais prononcer», a-t-il dit en introduction de son allocution devant la presse et de nombreux partisans, avant d'assumer l'«entière responsabilité de la défaite». «Le Royaume-Uni a besoin d'un parti travailliste fort. Il est temps qu'un nouveau leader prenne le relais». Un scrutin sera organisé pour lui trouver un successeur. L'intérim est assurée par la vice-présidente du Labour, Harriet Harman.

Dans une série de tweets, il a notamment remercié ses électeurs, parlé de «journée sombre», mais garanti que le «Labour continuera de défendre les travailleurs»

Defeats are hard, but we’re a party that will never stop fighting for the working people of this country.— Ed Miliband (@Ed_Miliband) 8 Mai 2015

Nick Clegg, vice-premier ministre sortant, a annoncé ce vendredi qu'il quittait la direction du parti libéral-démocrate, alors que sa formation compte dorénavant moins de 10 députés, 8 précisément, contre 56 dans la chambre sortante. «J'ai toujours pensé que cette élection serait incroyablement difficile. Les résultats ont été infiniment plus dévastateurs que je n'aurai jamais cru. C'est le coup le plus dur depuis que le parti a été fondé», en 1988, a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse. «Les livres d'histoire traiteront notre parti avec bienveillance. Avoir servi mon pays en temps de crise est un honneur que je chérirai à jamais», a-t-il ajouté.

«Nous ne saurons jamais combien de vies nous avons changé parce que nous avons eu le courage de monter au front en temps de crise. Notre parti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant