Législatives au Royaume-Uni : pourquoi les sondeurs se sont trompés

le , mis à jour à 13:57
2
Législatives au Royaume-Uni : pourquoi les sondeurs se sont trompés
Législatives au Royaume-Uni : pourquoi les sondeurs se sont trompés

La large victoire des conservateurs aux législatives du Royaume-Uni est une claque pour les instituts de sondage. Alors qu'ils annonçaient unanimement jusqu'à mercredi, la veille du scrutin, que les résultats allaient être extrêmement serrés et qu'on se dirigeait vers un gouvernement de coalition, voire que le pays serait ingouvernable et qu'un nouveau vote pourrait avoir lieu avant la fin de l'année, le Premier ministre sortant, le conservateur David Cameron, a remporté le scrutin, avec la majorité absolue.

L'institut Populus a déjà fait amende honorable : «Le résultat des élections nécessite une remise en question de tous les instituts de sondage», indique un responsable dans un communiqué ce vendredi. «Réveil tardif de l'électorat conservateur ? Problème de méthodologie? Il faudra un peu de temps pour analyser» la faillite des sondeurs, souligne Tony Travers, politologue à la London School of Economics, université spécialisée dans les sciences économique et sociales.

VIDEO. Une victoire pour Cameron, un triomphe pour les indépendantistes

Sursaut conservateur et travaillistes surestimés

Une thèse possible est un sursaut de dernière minute de l'électorat conservateur, traditionnellement plus timide à livrer ses préférences en amont. De plus, dans le passé, les sondeurs ont souvent eu tendance à surestimer les travaillistes. Les sondeurs semblent surtout avoir échoué à traduire les pourcentages d'intentions de vote pour bon nombre de sièges alors que le scrutin est la somme de batailles individuelles dans les 650 circonscriptions, où le candidat arrivé en tête est élu député dès le premier tour.

«La répartition des sièges n'est sans doute pas notre moment de gloire, mais on a fait du bon travail ailleurs», a estimé Michelle Harrison de l'institut TNS, évoquant un bilan «mitigé» pour les sondeurs. «Nous avons prédit les grandes tendances de la soirée : les nationalistes écossais qui ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 8 mai 2015 à 17:19

    Les ouvriers et salariés d'Angleterre seraient-ils moins nombreux ou sans aucun doute beaucoup plus intelligents que les représentant des salariés français

  • KENTOF le vendredi 8 mai 2015 à 17:19

    comme dab idem chez nous, manque d'objectivité ou d'impatialité ou alors .... manque de comptétence ce qui m'étonnerai !!