Législatives au Mali : faible participation à l'ouverture des bureaux de vote

le
0
Législatives au Mali : faible participation à l'ouverture des bureaux de vote
Législatives au Mali : faible participation à l'ouverture des bureaux de vote

Élections sous surveillance. Le scrutin législatif a lieu ce dimanche au Mali et est placé sous haute surveillance, par craintes d'attentats de jihadistes, toujours actifs malgré l'intervention militaire étrangère entamée il y a près d'un an.

Quelque 6,5 millions d'électeurs sont appelés à voter pour ces législatives censées parachever le retour à l'ordre constitutionnel, interrompu par le coup d'Etat de mars 2012. L'affluence était pourtant faible à l'ouverture des bureaux de vote à Bamako, la capitale. «Il n'y a pas de monde, les candidats n'ont pas mobilisé, mais j'espère que dans l'après-midi, il y aura plus de monde», a déclaré Oumou Sawadogo, électrice d'un centre installé dans un lycée. A 15 kilomètres de là, à Kati, commune qui abrite l'ancien quartier général d'Amadou Sanogo ? l'auteur du coup d'Etat qui, en mars 2012, a plongé le Mali dans le chaos ?, l'affluence n'est pas plus forte.

Le parti présidentiel aura sans doute besoin d'alliances

De manière générale, la campagne électorale a été terne et a peu mobilisé, ce qui pourrait entraîner une baisse du taux de participation par rapport à la présidentielle de cet été. Il avait alors tourné autour de 50%. L'élection avait été largement remportée au second tour, le 11 août, par Ibrahim Boubacar Keïta face à Soumaïla Cissé, qui avait reconnu sa défaite avant même la publication des résultats officiels. L'objectif du parti présidentiel, le Rassemblement pour le Mali (RPM), est de donner au chef de l'Etat une majorité confortable parmi les 147 députés de l'Assemblée nationale pour lui permettre de mener à bien sa difficile mission de redressement du pays, mais il sera sans doute obligé de nouer des alliances.

L'incertitude demeure quant au bon déroulement du scrutin à Kidal (nord), berceau des Touareg et de leur rébellion du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), où règne l'anarchie malgré la présence des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant