Législatives au Japon : large succès pour le Premier ministre Abe

le
0
Législatives au Japon : large succès pour le Premier ministre Abe
Législatives au Japon : large succès pour le Premier ministre Abe

Le parti du Premier ministre japonais Shinzo Abe a remporté dimanche une large victoire aux élections législatives. Le chef du gouvernement conservateur avait provoqué il y a un mois ce scrutin anticipé et l'a transformé en référendum pour ou contre sa politique économique. Cette victoire ne constitue pas une surprise, tant l'opposition, divisée, était tout sauf en ordre de marche. Jamais l'abstention n'a été aussi forte.

Selon les résultats fournis par la chaîne de télévision publique NHK, à 17h35 (heure de Paris), le Parti libéral-démocrate (PLD, droite) a obtenu entre 290 et 292 des 475 sièges en jeu, contre 295 dans la précédente assemblée qui en comptait 480. Il n'a pas réussi à franchir la barre rêvée des 300 sièges de la chambre basse, mais en conserve néanmoins plus des deux tiers (équivalent à 317 sièges) avec les 35 sièges (au moins) contrôlés par son allié centriste Nouveau Komeito, quatrième formation en nombre de députés.

Emiettée et prise au dépourvu par un scrutin anticipé, l'opposition n'est pas parvenue à entamer la suprématie du PLD qui domine la vie politique nippone depuis six décennies, à quelques courtes années près.  D'après la NHK, le Parti Démocrate du Japon (PDJ, centre gauche), deuxième formation du pays, ne recueillerait qu'entre 61 et 87 sièges, ratant la barre des 100 espérée (contre 62 députés sortants).

Un taux d'abstention qui ternit la victoire

Près de 105 millions de Japonais étaient convoqués pour voter, mais l'enthousiasme n'y était pas, en raison du manque d'enjeu et d'une météo défavorable dans une partie du pays. Si le Premier ministre  peut certes s'enorgueillir d'avoir remporté son pari, la participation que le scrutin a suscitée ternit quand même le tableau.

Jamais l'abstention - près de 48% - n'avait été aussi forte. Elle est d'environ 7 points supérieure à celle des législatives de décembre 2012, qui avaient déjà été boudées ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant