Législative partielle : Valls et Le Foll font campagne chez Cahuzac

le
0
Législative partielle : Valls et Le Foll font campagne chez Cahuzac
Législative partielle : Valls et Le Foll font campagne chez Cahuzac

Même sans Jérôme Cahuzac, Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) attire les foules. Après Harlem Désir (PS), Xavier Bertrand (UMP), ou encore Marine Le Pen et Marion Maréchal Le Pen (FN), deux poids lourd du gouvernement, Manuel Valls et Stéphane Le Foll sont venus ce samedi soutenir leur candidat PS à la législative partielle dont le premier tour aura lieu le week-end prochain. Le ministre de l'Intérieur et celui de l'Agriculture sont venus dire combien le Parti socialiste avait besoin de cette circonscription qui, selon eux, a «besoin d'apaisement» suite au scandale autour du compte non déclaré en Suisse de l'ex-ministre du Budget.

Dans le local de campagne du candidat PS Bernard Barral, et devant des militants et des élus socialistes du département, Manuel Valls a déclaré que «cette circonscription a besoin d'un député qui se batte et qui représente bien les habitants». Et d'ajouter : «on a aussi besoin de sérénité, d'apaisement, d'idéal et au fond on a besoin de République et face à l'extrême droite qui est présente, et face à une droite déboussolée qui ne sait pas où elle va».

Toutefois Bernard Barral n'entend pas s'éloigner de la ligne de l'ancien député socialiste, soulignant être «là pour continuer l'action de Jérôme Cahuzac sur cette circonscription (...) un héritage que je renie pas».

Le PS craint que le FN l'emporte

Par ailleurs, le parti socialiste craint de perdre cette circonscription dans un département où le FN a effectué lors des législatives son meilleur score en Aquitaine (15,71% dans la 3ème circonscription du Lot-et-Garonne). Samedi, Stéphane Le Foll a d'ailleurs concentré ses attaques sur le parti frontiste. «Ce que je voudrais dire aux agriculteurs, c'est qu'il faut faire attention aux boniments, à ceux qui racontent qu'il faudrait sortir de l'Europe, que la PAC ça ne va pas, ceux-là font prendre des risquent énormes aux agriculteurs», a-t-il dit.

Depuis quelques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant