Législative du Doubs : le «ni PS, ni FN» continue de diviser l'UMP

le
2
Législative du Doubs : le «ni PS, ni FN» continue de diviser l'UMP
Législative du Doubs : le «ni PS, ni FN» continue de diviser l'UMP

Le grand capharnaüm continue à l'UMP. Alors que le parti a tranché mardi soir en optant de justesse pour le «ni-ni» («ni PS, ni FN») à la législative partielle du Doubs - contre l'avis de son président Nicolas Sarkozy qui plaidait pour une inflexion avec un texte appelant à faire clairement barrage au Front national - certains ténors de l'UMP peinent encore à défendre cette position. Après Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet notamment, c'est le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, qui déclare qu'il voterait pour le candidat socialiste s'il était électeur dans cette circonscription du Doubs.

Interrogé mercredi par RTL sur son choix pour le second tour de la législative partielle du Doubs s'il était électeur dans la 4e circonscription, Gérard Larcher a répondu avec netteté : «Je ferais barrage au Front national, donc je voterais Barbier (finaliste socialiste contre la candidate FN Sophie Montel, NDLR) c'est clair dans mon esprit.» Comme on lui faisait observer qu'il allait à l'encontre des directives de l'UMP, qui recommande le vote blanc ou l'abstention, le sénateur des Yvelines, a souligné qu'il «respect(ait) (s)a liberté de conscience sur un sujet aussi important».

Et le patron du Sénat de préciser sa position : «La République n'est pas en danger dimanche (...) mais le Front national est une impasse et le contraire de mes valeurs. (...) En même temps, il y a un formidable échec du gouvernement, notamment sur le front social et de l'emploi et je ne crois pas au front républicain.»

VIDEO. Gérard Larcher «voterait Frédéric Barbier»

Lors du Bureau politique de l'UMP mardi soir, l'option vote blanc ou abstention a recueilli 22 voix, contre 19 au texte voulu par l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy invitant à choisir entre vote «pour le candidat de la majorité», blanc ou abstention. «Je ne pensais pas qu'on allait faire 19 voix», a reconnu Gérard Larcher mercredi, ajoutant que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nanard83 le mercredi 4 fév 2015 à 13:50

    Qu'il vote pour qui il veut . les gens de droite n'ont pas de conseils à recevoir d'un parti incapable d'être au second tour . Quand au F.N , il se souviendra de l'épisode aux prochaines présidentielles !!!

  • M4590873 le mercredi 4 fév 2015 à 11:08

    on dit toujours que les français ne sont pas bêtes: alors laissez-les décider eux-mêmes plutôt que d'essayer d'imposer des consignes tellement téléguidées par des intérêts purement personnels affligeants.