Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur

le
6
Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur
Législative dans le Doubs : Frédéric Barbier (PS), le discret laboureur

Dimanche dernier, lorsqu'il est venu voter à Pont-de-Roide, Frédéric Barbier a pris soin de saluer les électeurs. Un à un, mais avec discrétion. Il est pourtant chez lui. Le candidat du PS n'est pas un fort en gueule. C'est même tout le contraire. « On est réservé dans la famille », résume son frère, David, lui-même adjoint au maire d'Audincourt. Comme pour illustrer le propos, leur père, Jacques, reste bouche quasi cousue. Il tracte, fait du porte-à-porte, mais ne veut « pas épiloguer ». « Je me fonds dans le tableau, je suis un travailleur de l'ombre », dit cet ancien de chez Peugeot, qui a toujours eu le c½ur à gauche.

Frédéric Barbier, 54 ans, cadre d'Electricité réseau distribution France (ERDF), est un homme de terroir d'un naturel prudent. Vice-président du conseil général du Doubs depuis 2011, cet enfant du pays (il est né à Audincourt et a grandi à Pont-de-Roide, dont il a été premier adjoint au maire) est propulsé au Palais-Bourbon en 2012 en tant que suppléant de Pierre Moscovici, nommé ministre de l'Economie.

« C'est le député de terrain par excellence, préoccupé au premier chef par l'avenir de l'industrie du pays », décrit Christophe Borgel, secrétaire national du PS en charge des élections, qui siège avec lui à la commission des Affaires économiques de l'Assemblée. A en croire ce dernier, « son côté discret n'est pas à l'image de sa détermination ». Borgel ne tarit pas d'éloges : « Aucun de nos candidats dans les partielles n'a fait preuve d'une telle combativité. C'est une machine à labourer qui ne s'arrête jamais. » Le frère du candidat confirme : « C'est un besogneux, un travailleur, un laborieux. »

Et qu'importe si le FN l'accuse de chercher la lumière et de « détourner les moyens de la République », en faisant venir en soutien le Premier ministre, Manuel Valls, deux fois de suite. Il assure mener depuis novembre une campagne de terrain. « On peut ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1310580 le dimanche 8 fév 2015 à 11:41

    c'est sûr que ce n'est visiblement pas un besogneux , rien à attendre de ce type de pure politicard !

  • M4568415 le dimanche 8 fév 2015 à 11:35

    et un fonctionnaire de plus au menu ! Comment réveiller un pays dont la majorité politique est noyautée par cette catégorie ?( ex: Juppé,ex des impôts,ex de l'ENA Vous avez dit libéral ?)

  • saggy le dimanche 8 fév 2015 à 11:22

    si la gauche s'est servie du FN pour diviser la droite ..depuis plus de 30ans ! il faudrait que la droite se serve aussi du FN pour faire échouer la gauche dans sa funeste entreprise d' anéantir la France et cela en votant FN pour que le PS perde sa majorité à l'Assemblée Nationale... . Ensuite on verra !! un pas après l'autre SVP .....

  • M1310580 le dimanche 8 fév 2015 à 11:11

    sûr qu'avec un tel individu qui par ailleurs est vice président du conseil général, discret, il faut pas que les gens du Doubs s'attendent à des miracles dans le cas de son election

  • M1310580 le dimanche 8 fév 2015 à 11:07

    un cadre de l'ERDF, tout est dit ! pas un petite artisan- indépendant qui travaille 50 heures par semaine minimum, sans vacances, ni arrêts maladies, racketté à 65 % et sans droits à une retraite décente mais un pur privilégié du système

  • M348281 le dimanche 8 fév 2015 à 09:32

    Il est tellement en position "délicate" que les membres du gouvernement se sentent obligés de venir faire campagne avec lui. Qu'en pense le conseil constitutionnel ?