Légion d'honneur : Thomas Piketty a beau refuser, il reste nommé

le
3
Légion d'honneur : Thomas Piketty a beau refuser, il reste nommé
Légion d'honneur : Thomas Piketty a beau refuser, il reste nommé

L'économiste à succès Thomas Piketty, même s'il a refusé jeudi la Légion d'honneur, restera nommé dans l'Ordre de cette distinction à moins qu'il ne décide, comme l'avait fait Maurice Ravel en 1920, de faire annuler le décret présidentiel de sa nomination. «Lorsque vous refusez la Légion d'honneur, le décret portant votre nomination n'est pas annulé pour autant», a expliqué vendredi un porte-parole de la grande chancellerie de l'Ordre. «Votre refus signifie que vous renoncez à recevoir votre insigne et, de fait, à devenir membre de l'Ordre», a-t-il précisé.

Rien n'empêche d'ailleurs Thomas Piketty de revenir ultérieurement sur sa décision. «En droit, c'est tout à fait possible, même si cela serait particulièrement mal perçu», a expliqué Bertrand Galimard-Flavigny, auteur de «La Légion d'honneur» (Découvertes/Gallimard). Les textes ne prévoient pas ce cas de figure, précise-t-on à la grande chancellerie.

Nommé au grade de chevalier par décret du 31 décembre, l'auteur du best-seller «Le Capital au XXIe siècle» a annoncé qu'il refusait cette distinction parce qu'il «ne pense pas que ce soit le rôle d'un gouvernement de décider qui est honorable».

Notre question du jour : comprenez-vous que l'on puisse refuser la Légion d'honneur ?

Vanité ou humilité ?

Aboutissement d'un processus de sélection, la nomination dans l'Ordre de la Légion d'honneur, validée par décret signé du président de la République, est suivie d'une cérémonie de remise d'insigne. Pour cette cérémonie, le futur décoré désigne une personne, elle-même déjà décorée d'un grade équivalent ou supérieur, pour lui remettre son insigne. Un brevet lui est ensuite adressé par la grande chancellerie qui atteste de son appartenance à l'Ordre.

Le cas du musicien Maurice Ravel, qui demanda l'annulation de sa nomination, reste unique à ce jour. «Nommé contre son gré par un décret de janvier 1920, Ravel avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • PzKpfw le vendredi 2 jan 2015 à 23:17

    Faut d'abord lire le plumitif, k onard.toa y en a savoar lire?

  • bordo le vendredi 2 jan 2015 à 17:28

    Il doit être content, le plumitif, on a bien parlé de lui.

  • M1310580 le vendredi 2 jan 2015 à 16:34

    La démocratie c'est ne pas pouvoir dire non ?