Légère hausse des Bourses européennes en début de séance

le
0
LÉGÈRE HAUSSE DE LA BOURSE DE PARIS DANS LES PREMIERS ÉCHANGES
LÉGÈRE HAUSSE DE LA BOURSE DE PARIS DANS LES PREMIERS ÉCHANGES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes encore ouvertes évoluaient en légère hausse mardi dans les premiers échanges, prolongeant ainsi une série de quatre séances de gains consécutives dans la foulée des progressions enregistrées à la fois par Wall Street et la Bourse de Tokyo.

Les volumes sont très minces en raison de la pause de Noël, qui se traduira par une séance écourtée ce mardi avant une fermeture mercredi. En Europe, les Bourses de Francfort, de Milan et de Zürich sont déjà fermées.

À Paris, le CAC 40 avançait de 0,21% (+8,68 points) à 4.223,97 points vers 08h35 GMT. A Londres, le FTSE prenait 0,28% et à Madrid, l'Ibex 35 0,35%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 progressait de 0,13%.

La Bourse de Paris fermera ses portes à 13h00 GMT, celle de Londres à 12h30 GMT et Wall Street, qui a atteint des nouveaux records lundi, clôturera à 18h00 GMT.

A quelques jours de la fin de l'année, l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 affiche un gain de près de 15%, qui s'explique à la fois par les injections massives de liquidités effectuées toute l'année par les grandes banques centrales internationales et par une amélioration des perspectives économiques en Europe comme aux Etats-Unis.

"La hausse devrait se poursuivre l'année prochaine, le potentiel de l'Europe est important au vu du retard accusé sur Wall Street", a noté Andrea Tueni, analyste chez Saxo Bank.

L'économie française s'est bien contractée de 0,1% au troisième trimestre sous l'impact d'une baisse de l'investissement et d'une rechute des exportations, selon les comptes nationaux trimestriels détaillés publiés mardi par l'Insee.

Mais l'institut a également annoncé un rebond de 1,4% de la consommation des ménages en novembre, hausse nettement plus marquée que prévu.

Sur le marché des changes, le dollar se maintient, les perspectives pour le billet vert étant favorables en raison à la fois de la bonne tenue de l'économie américaine et du premier tour de vis monétaire initié la semaine dernière par la Réserve fédérale.

Le Brent reste au-dessus de la barre des 111 dollars en raison de tensions au Soudan du Sud susceptibles de peser sur la production du pétrole du pays à un moment où il y a déjà des tensions sur l'offre du fait des perturbations des livraisons en provenance de Libye.

Sur l'ensemble de 2013, le cours de référence européen n'aura finalement guère bougé par rapport à 2012 en raison d'une offre abondante et d'un ralentissement de la croissance de la demande venant de Chine.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant