Légère hausse des Bourses européennes en clôture, sauf Francfort

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - A part Francfort, les Bourses européennes ont terminé en légère hausse vendredi, les investisseurs semblant espérer qu'une réunion d'urgence, programmée lundi, des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro permettra in extremis de débloquer les négociations entre la Grèce et ses créanciers et d'éviter au pays de se retrouver dans une situation de défaut.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,25% (+11,89 points) à 4.815,37 points. Le Footsie britannique a pris 0,04% mais le Dax allemand a cédé 0,54%. L'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,16% et le FTSEurofirst 300 0,35%. La Bourse d'Athènes a fini sur un gain 0,57%.

Sur l'ensemble de la semaine, marquée à la fois par de nouvelles inquiétudes sur la Grèce et des déclarations de la Réserve fédérale américaine suggérant que la remontée des taux d'intérêt serait plus progressive que prévu, le CAC a toutefois cédé 1,75%, le FTSE 1,10%, le Dax 1,40%, l'EuroStoxx50 1,31% et le FTSEurofirst 300 0,93%.

Hormis ce dernier, tous ces indices accusent leur quatrième repli hebdomadaire de suite. La Bourse d'Athènes a de son côté plongé de 11,25% sur l'ensemble de la semaine.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street s'inscrivait en repli modéré, la place américaine, faute d'indicateurs macroéconomiques et de résultats majeurs, marquant une pause après le record vieux de plus de 15 ans battu la veille par le Nasdaq Composite.

Signe qu'une certaine inquiétude semble malgré tout prévaloir chez les investisseurs au sujet de la Grèce, nombre de valeurs sûres, telles le dollar, le Bund allemand et les emprunts du Trésor, s'affichent en hausse.

Les ministres des Finances de la zone euro réfléchiront certainement lundi au scénario d'un défaut de la Grèce sur sa dette si cette dernière ne présente pas d'ici là de nouvelles propositions de réformes, a-t-on appris vendredi auprès de responsables européens.

Après plusieurs séances de hausse, les cours du pétrole perdent autour de 2%, sous le coup de la Grèce mais aussi de craintes de voir la production américaine continuer à progresser cette année, alimentant ainsi une situation e déséquilibre entre l'offre et la demande.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant