Léger reflux du chômage en France en catégorie A en novembre

le
2

PARIS (Reuters) - Le chômage a diminué le mois dernier en France, mais pas suffisamment pour annuler les effets de la forte hausse d'octobre qui l'avait porté à des records, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

De plus, la baisse de novembre n'a profité qu'aux demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) et n'a pas concerné les seniors.

Le nombre de demandeurs de catégorie A a ainsi diminué de 0,4%, à 3.574,800. Quinze mille ont quitté les listes de Pôle emploi le mois dernier, alors qu'en octobre ils avaient été 42.000, un plus haut depuis début 2013, à les rejoindre.

Sur un an, leur nombre affiche une hausse de 2,5%.

En ajoutant les catégories B et C (personnes ayant exercé une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle emploi a encore progressé de 0,1% en novembre à 5.442.500 (5.743.600 en incluant les départements d'Outre-mer), soit 6.700 de plus qu'un mois plus tôt.

Novembre a été marqué par une reprise du mouvement de baisse, interrompu en octobre, chez les moins de 25 ans (-1,1% sur le mois en catégorie A). Le chômage a également reflué chez les 25-49 ans (-0,5%) mais a poursuivi sa hausse chez les 50 ans et plus (+0,2%).

Sur un an, le nombre des demandeurs d'emploi les plus âgés augmente de 8,4%, alors que celui des jeunes diminue de 4,5%. Celui des 25-49 ans s'accroît de 2,1%.

Le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme chômeurs de longue durée, progresse de 0,4% sur le mois et de 9,7% sur un an. Leur part dans le nombre total de chômeurs est en hausse de 0,2 point à 45,0% et l'ancienneté moyenne de leur inscription s'allonge de deux jours, à 570.

Les entrées à Pôle emploi, qui avaient augmenté de 5,1% en octobre, régressent de 1,4%.

Dans le même temps, l'évolution des sorties est restée positive (+0,4% après +3,3%).

Le nombre d'offres d'emploi collectées par Pôle emploi en métropole s'est accru de 1,4% sur un mois et de 10% sur un an, le mouvement de hausse étant surtout tiré par les emplois temporaires (1 à 6 mois) et occasionnels (moins d'un mois).

(Yann Le Guernigou, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • froggy83 il y a 11 mois

    je suis en stage, j'aurais dû refuser et entrer directement en CDD, car un stage de 2 semaines payé 200 euros, ça ne couvre même pas l'essence et les parkings pour y aller; quant au train, en grève comme d'hab', merci Sud Rail et leurs avantages indécents; on sait pourquoi il y en a toujours autant qui votent à gauche!

  • M1310580 il y a 12 mois

    Connaissez-vous les réels chiffres du chômage ? pole emploi propose des stages, du coaching ... des tas de choses inutiles car bien souvent dans la pratique cela ne débouche à rien, juste à justifier le fait que pôle emploi fait quelque chose et dans le même temps ces personnes ne sont plus comptabilisées !