Léger rebond des Bourses européennes à la mi-séance

le
0
LA BOURSE DE PARIS AVANCE À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS AVANCE À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Le rebond des Bourses européennes est freiné lundi à la mi-séance par des indicateurs moroses pour la zone euro après le rally généralisé des marchés mondiaux provoqué vendredi par les chiffres meilleurs que prévu de l'emploi américain en septembre.

À Paris, le CAC 40 prend 0,21%, soit 8,80 points, à 4.290,54 vers 10h30 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,88% et à Londres, le FTSE gagne 0,32%. Les indices paneuropéens EuroStoxx 50 et FTSEurofirst 300 progressent respectivement de 0,51% et 0,36%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture dans le vert de Wall Street, l'indice S&P étant attendu en hausse de 0,27% après avoir réalisé vendredi sa meilleure performance depuis août.

L'économie américaine a crée plus d'emplois que prévu en septembre et le taux de chômage est redescendu à son plus bas niveau en plus de six ans.

Sur le Vieux Continent, les commandes à l'industrie en Allemagne ont subi en août leur baisse la plus marquée depuis 2009, au plus fort de la crise financière.

Le moral des investisseurs dans la zone euro a lui baissé pour le troisième mois consécutif en octobre, tombant à son plus bas niveau depuis mai 2013, ce qui suggère une rechute en récession.

Sur le marché des changes, le dollar se maintient non loin d'un plus haut de quatre ans face à un panier de devises, dopé par les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis.

L'euro regagne un peu du terrain perdu, à 1,2550 dollar vers 10h30 GMT, après être tombé vendredi à 1,2501, un plus bas de plus de deux ans.

"A court terme, le marché reste rivé aux discours des banques centrales sur leurs politiques monétaires et il y a encore beaucoup de questions sans réponses sur le calendrier du début du relèvement des taux par la Réserve fédérale et sur la perspective d'un assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne", estime Alexandre Baradez, analyste en chef chez IG France. "Nous prévoyons donc des turbulences à très court terme."

Les chiffres des commandes à l'industrie allemandes font baisser les rendements des obligations d'Etat de la zone euro.

Du côté du pétrole, le Brent livraison novembre remonte vers le seuil des 93 dollars le baril et le brut léger américain se maintient au-dessus de 90 dollars, même si la tendance de fond reste plombée par l'ampleur de l'offre et le dollar fort.

Aux valeurs, Nokia s'adjuge 3,09% après être revenu dans la matinée à son plus haut niveau depuis février 2011. Microsoft a annoncé samedi que Samsung Electronics lui avait versé jusqu'à 1 milliard de dollars de dédommagements en 2013 dans le cadre d'un accord sur une technologie utilisée pour le système d'exploitation Android.

A la hausse également, London Mining, engagé dans des discussions en vue de son rachat par le sidérurgiste indien JSW Steel, grimpe de 5,5%.

Le secteur pétrolier est le seul en baisse en Europe avec un indice Stoxx 600 en repli de 0,47%. A Paris, Total cède 0,98%.

A Francfort, Deutsche Bank avance de 1,17%. Selon deux sources financières, la banque a réalisé de bonnes performances au troisième trimestre, ce qui lui a permis de compenser le coût toujours croissant des litiges et des contraintes réglementaires.

Euro Disney dévisse de plus de 14% après l'annonce d'un plan de recapitalisation d'un milliard d'euros garanti par sa maison mère Walt Disney.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant