Ledanois : " Ils attendent quoi ? Qu'il y ait des morts ? "

le
0
Ledanois : " Ils attendent quoi ? Qu'il y ait des morts ? "
Ledanois : " Ils attendent quoi ? Qu'il y ait des morts ? "
La fin de la première étape du Tour du Pays Basque a été marquée par une violente chute dans le peloton. Un accident d'autant plus grave que les coureurs sortaient d'une descente et roulaient à vive allure. Le directeur sportif de BMC, Yvon Ledanois, s'en est violemment pris aux organisateurs de la course.

Scène d'horreur ce lundi dans les rues de Bilbao. Le peloton vient de passer la banderole indiquant les 500 derniers mètres de course lorsqu'il tourne légèrement sur la droite. Une dernière ligne droite s'offre alors aux 60 rescapés du peloton de la première étape du Tour du Pays Basque, ce lundi, dans les rues de Bilbao. Mais soudain, au c½ur du peloton, plusieurs coureurs chutent sur la gauche. Parmi eux, Stéphane Rossetto (Cofidis) et Peter Stetina (BMC), visiblement lourdement touchés. Un accident évitable selon Yvon Ledanois, directeur sportif de BMC, qui accusent les organisateurs de négligences graves.

« Ce que j'ai vu sur place, c'est affreux »

« C'est hallucinant de voir ça, s'emporte Ledanois à l'arrivée de la première étape, dans des propos relayés par CyclingPro.net. Il semble que dans cette dernière ligne droite, des barrières ont été enlevées mais elles cachaient des îlots directionnels non visibles et qui ont provoqué cette chute. Tout ça au bas d'une descente. Les gars étaient à 80 km/h ! Il y a des mecs à l'hôpital ce soir. Ils attendent quoi, ces organisateurs ? Qu'il y ait des morts ? On doit attendre ça pour qu'il y ait une vraie réglementation unique dans toutes les courses et préservant la santé des coureurs ? » Une indignation partagée par les coureurs, à l'image de Philippe Gilbert, qui a fait part de sa colère sur Twitter

Le directeur sportif de la formation américaine va plus loin et accusent les responsables de course de privilégier le spectacle au détriment de la santé des coureurs, et s'inquiète pour l'avenir du peloton dans ces conditions. « Justement, poursuit le technicien français, ils ne se soucient pas de la santé des mecs, on va au casse-pipe ! On ne pense qu'au spectacle ! Ce que j'ai vu sur place, c'est affreux. Des coureurs vraiment gravement blessés, transportés à l'hopîtal. Le mien, Peter Stetina est dans un sale état. Sa jambe a triplé de volume, donc forcément c'est cassé. Il se plaignait aussi du dos, de la tête. Les autres, Rossetto et un Caja Rural étaient inertes. C'est révoltant ! » Mardi, le comportement des coureurs lors de la seconde étape du Tour du Pays Basque sera scruté de près.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant