Lectra: 'nous restons confiants sur notre potentiel'.

le
0

(CercleFinance.com) - Le directeur financier de Lectra, Jérôme Viala, s'est confié à notre rédaction une dizaine de jours après la publication de comptes trimestriels probants. Une nouvelle fois.

Cercle Finance: Quels sont les principaux motifs de satisfaction de vos résultats du troisième trimestre ?

Jérôme Viala: Nous avons à nouveau réalisé un troisième trimestre très solide, avec un chiffre d'affaires qui a atteint 64,4 millions d'euros, en progression de 9%, et un résultat opérationnel de 11,2 millions qui augmente de 12%.

Le chiffre d'affaires des nouveaux systèmes (+12%) ainsi que le chiffre d'affaires récurrent (+6%) ont tous les deux contribué à la bonne dynamique du chiffre des revenus.

Enfin, le cash-flow libre du trimestre s'élève à 9,1 millions d'euros, avec l'encaissement du solde du crédit d'impôt recherche 2012 pour 4,8 millions, ce qui renforce encore la trésorerie nette de la société, qui atteignait 67,3 millions d'euros au 30 septembre 2016.

C.F.: Comment se présentent les 3 derniers mois de l'exercice ?

J.V.: Nous restons confiants sur notre potentiel et les perspectives.

Nous avions précisé nos anticipations de chiffre d'affaires et de résultat opérationnel pour l'exercice le 28 juillet dernier et les avons confirmées lors de la publication des comptes du troisième trimestre et des 9 premiers mois de l'exercice, le 27 octobre.

Les résultats du quatrième trimestre devraient donc nous permettre de confirmer la dynamique de croissance du chiffre d'affaires et du résultat opérationnel attendue pour la totalité de l'exercice.

C.F.: Dans vos précédentes publications, vous avez souvent évoqué l'impact, positif ou non, des effets devises. Quels sont aujourd'hui leurs incidences pour Lectra, bonne ou mauvaise ?

J.V.: Les effets des variations des parités de change ont incontestablement eu un effet mécanique positif sur le chiffre d'affaires et les résultats de la société en 2015. Ils ont également eu un effet positif sur sa position compétitive, ses principaux concurrents ayant fait le choix de fabriquer leurs équipements en Chine.

Au cours des 9 premiers mois de 2016, la situation est globalement restée stable: la parité moyenne euro/dollar est identique à ce qu'elle était en 2015 et le yuan chinois s'est légèrement déprécié, de 5% (mais il s'était apprécié de 17% en 2015 par rapport à 2014). L'impact des devises est donc globalement neutre en 2016 par rapport à 2015 et notre souhait reste une stabilité la plus forte possible des parités de change dans le futur.

C.F.: Le Brexit est-il susceptible d'avoir un impact sur votre activité ?

J.V.: Non, l'impact sera entre nul et totalement négligeable et nous réalisons au Royaume-Uni moins de 3% du chiffre d'affaires consolidé.

C.F.: L'économie chinoise semble mieux se porter depuis quelques mois. Votre groupe en ressent-il les effets ?

J.V.: Oui bien sûr, même si nous n'avons jamais été vraiment inquiets. Il est vrai que le second semestre 2015 a été plus difficile, dans la foulée de la forte chute de la bourse chinoise au mois d'août, mais l'économie chinoise, bien aidée en cela par le gouvernement local, est résiliente.

Il n'y a pas d'autre pays pour remplacer la Chine dans son statut d''usine du monde' et, parallèlement, la consommation domestique continue de progresser.

La conjugaison d'une amélioration de l'environnement économique et des investissements réalisés par Lectra dans ce pays, qui portent leurs fruits, explique la très belle croissance de 42% des commandes de nouveaux systèmes enregistrée au cours des 9 premiers mois de 2016.

C.F.: Quels seront, sans donner plus de détails, les principaux axes de développement de votre feuille de route pour la période 2017/2019 ?

J.V.: Pour cette dernière question, il faudra malheureusement attendre le 9 février 2017 afin d'en savoir plus...


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant