Leclerc veut compenser la chute du marché alimentaire

le
0

Résigné à la déflation, le distributeur accélère sur ses enseignes spécialisées et sur Internet.

Chez Leclerc, on appelle cela «l'extension du domaine de la lutte». Pour la première fois depuis la guerre, le marché des produits de grande consommation (PGC) devrait reculer de 1 à 3 % en valeur en 2014, sous l'effet de la baisse du pouvoir d'achat, du recul des matières premières et de la guerre des prix entre distributeurs.

Leclerc, la moins chère des enseignes, est de plus en plus décriée pour sa contribution à la déflation qui s'annonce. Celle-ci risque de fragiliser à la fois la filière agroalimentaire et ses rivaux. Le président du groupement de 499 commerçants indépendants se défend de ces attaques et livre la stratégie de l'enseigne pour s'adapter à la chute du marché des PGC, qu'il juge inéluctable.

«Nous sommes dans une phase de conquête de nouveaux marchés, où nous apportons des prix et de l'innovation, annonce Michel-Édouard Leclerc. La s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant