Leclerc «peut vendre des médicaments moins cher»

le
0
INTERVIEW - Michel-Édouard Leclerc appelle de ses v?ux une ouverture du monopole des officines. L'Autorité de la concurrence a ouvert une brèche mercredi au nom de «tarifs plus attractifs» pour les consommateurs.

LE FIGARO. - Comment accueillez-vous les propos de l'Autorité de la concurrence qui ouvrent la voie à une possible brèche dans le monopole des officines?

Michel-Édouard LECLERC. - C'est une avancée considérable, car cette décision ouvre une période de consultation au-delà des querelles corporatistes en mettant l'intérêt des consommateurs au centre. Nous ne contestons pas le monopole de la profession mais celui des officines. La France est le dernier pays avec la Belgique et l'Espagne à refuser l'ouverture de ce monopole. Tout cela est obsolète. En ces temps de faible pouvoir d'achat, on pourrait faire l'économie des surmarges de certaines officines. Les centres E. Leclerc sont prêts à le faire en France.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant