Lebranchu annonce la rigueur, Belkacem temporise

le
0
La porte-parole du gouvernement a pris ses distances avec la ministre de la Fonction publique qui avait promis aux fonctionnaires «un grand moment de rigueur».

S'il est un domaine dans lequel les gouvernements se suivent et se ressemblent, c'est bien celui de la rigueur, ce terme repoussoir que les dirigeants politiques s'évertuent à ne pas vouloir prononcer. Ce mot sur lequel ils sont si nombreux à avoir trébuché. Sous le précédent quinquennat, l'ex-ministre de l'Économie Christine Lagarde l'avait lâché le plus naturellement du monde mais avait été ensuite contrainte de se reprendre.

Dans cet exercice, le gouvernement actuel avait plutôt bien commencé. Mardi, dans sa très longue déclaration de politique générale, le premier ministre Jean-Marc Ayrault avait fait l'impasse sur le mot qui fâche, préférant appeler à la «mobilisation» et au «patriotisme» de tous pour redressement du pays, évoquant «la responsabilité budgétaire». «J'appelle à l'effort national mais je refuse l'austérité», avait-il lancé niant tout «tournant dans la rigueur».

Mais, mercredi matin, Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publ

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant