"League of Legends", les nouveaux athlètes du sport virtuel

le
0
"League of Legends", les nouveaux athlètes du sport virtuel
"League of Legends", les nouveaux athlètes du sport virtuel

Armé de sa faux, "Krepo" se débarrasse d'un nouvel ennemi et permet à son équipe de remporter une belle victoire dans le jeu "League of Legends": Krepo est un "athlète" de sport électronique, dont la partie très suivie est retransmise dans le monde entier."Krepo" c'est Mitch Voorspoels, un Belge de 23 ans, un as des nouveaux sports virtuels ("eSport"). Un monde dont les champions, souvent jeunes, ne voient pas beaucoup le soleil, et s'affrontent à coups de clics et de tactiques savantes par écrans interposés."League of Legends", lancé en 2009 par Riot Games, est devenu l'un des jeux en ligne les plus courus du moment. Mais ses champions remplissent des stades et leurs fans sont prêts à camper toute une nuit pour acheter des billets pour y assister."Le jeu au niveau professionnel tente depuis des années de gagner en reconnaissance et soudain l'engouement se répand comme une traînée de poudre", constate Scott Steinberg, analyste de longue date dans le monde du jeu vidéo et aujourd'hui manageur général de la société Phoenix Online Publishing.Dès la fin de la partie, disputée devant des milliers de spectateurs à Los Angeles, les amateurs de "League of Legends" submergent Mitch de demandes d'autographes et de photos."Jouer à League of Legends a fait de moi une sorte de célébrité", sourit le jeune Belge après avoir signé son quota d'autographes et posé pour des dizaines de photos. "Je ne pense pas que les joueurs professionnels auraient pu rêver de cela à leurs débuts".Mitch Voorspoels a commencé à jouer à l'université parce que le jeu est gratuit et que les parties, dans lesquelles les équipes de cinq joueurs s'affrontent pour capturer les bases adverses, ne durent pas trop longtemps."En gros, c'est un massacre qui dure de 30 à 40 minutes au cours duquel les joueurs s'entretuent pour entrer dans les bases des adversaires", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant